L’histoire de Jean-Yves Gauvin: des cabarets au poulet frit

Hubert Lapointe redaction@beaucemedia.ca

L’histoire de Jean-Yves Gauvin: des cabarets au poulet frit
Jean-Yves Gauvin. (Photo : Beauce Média - Hubert Lapointe)

« J’aurais voulu être un artiste », dit le « businessman » dans la chanson. Pour sa part, Jean-Yves Gauvin de Sainte-Marie a su à la fois conquérir le monde du spectacle et le monde des affaires, à travers une vie toujours remplie d’amour, de franchise et de droiture.

Né en 1938 à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, Jean-Yves Gauvin fait rapidement la connaissance de Dame Musique, dont il tombe éperdument amoureux. Dans la jeune vingtaine, il devient membre du groupe « Les garçons de minuit ». La formation sortira 15 disques (45 tours) et un long jeu à partir de 1959. Qui plus est, parce qu’elle partageait le même gérant, la formation a pris part à quatre tournées en compagnie de Les Jérolas. « On s’est amusé! », a-t-il résumé.

« Les garçons de minuit », au début des années 1960.
.

Il rencontrera bientôt Marcella Thibeault, originaire de Lac-Bouchette. Femme d’affaires émérite, elle ouvre son premier restaurant Poulet Frit Kentucky sur le boulevard Hamel à Québec en 1962.

Dans le détour des années 1970, la popularité de « Les garçons de minuit » est sur le déclin, car les mélomanes bouderont de plus en plus les cabarets au profit des grandes salles de spectacles. « C’était une période de transition. On a préféré abandonner », a-t-il affirmé, en laissant entendre que son deuil de la musique a duré au moins deux ans.

Voyant que sa carrière artistique commence à battre de l’aile, sa conjointe l’invite à se joindre à elle. « Tu vas être bien mieux avec les poulets dans le réfrigérateur qu’avec des petits poulets dans les cabarets! », lui avait-elle lancé. « Quand tu te fais applaudir par plus de 3000 personnes, tu n’as pas peur de répondre à quelques clients », s’était-il dit. C’est ainsi qu’en 1972, un étang à grenouilles devient le Poulet Frit Kentucky de Sainte-Marie, qu’il dirigera jusqu’en 2003. « Mon épouse et moi n’avons pas eu d’enfant, mais les enfants que j’ai eus, ce sont les gens qui sont venus travailler avec moi! »

Du cœur

À la même époque, Jean-Yves Gauvin débute ses implications communautaires au Golf de Beauce, au Club Kiwanis, dans les Chevaliers de Colomb, et même au Super fan-club des Nordiques de Québec. Le 18 septembre 1976, Jean-Yves Gauvin et Marcella Thibeault deviennent liés par les liens sacrés. Mais, tout récemment, des problèmes de santé ont fait en sorte que sa douce et tendre se retrouve dorénavant entre les mains aimantes du CHSLD.

Le cœur en mille miettes, M. Gauvin regarde toutefois vers le passé avec beaucoup de joie. « Je n’ai pas grand-chose à me reprocher. Je suis un homme jovial, j’aime que le monde autour de moi soit heureux. Je ne changerais rien, je n’ai pas de regrets non plus. On a tellement eu une belle vie… »

Marcella Thibeault et Jean-Yves Gauvin.
Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
3 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Carmen Côté
Carmen Côté
1 mois

Très bon reportage pour un gentil Monsieur.Bravo pour ce beau parcours et bonne chance pour la suite .

Aline Berthiaume
Aline Berthiaume
1 mois
Répondre à  Carmen Côté

Bravo pour ce beau parcours ! Laissez-vous gâter et soyez toujours heureux et semeur de bonheur.

Jean-Yves
Jean-Yves
1 mois

Article très intéressant, j’ai très bien connu Jean-Yves Gauvin étant un client régulier à l’époque du KFC de Sainte-Marie. Je l’ai aussi souvent aperçu au Club de Golf de Beauce.
Ma 2e arrière grand-mère Madeleine Gauvin, était une descendante de Jean Gauvin et de Anne Magnan tout comme M. Jean-Yves Gauvin. Le monde est petit…