Papa, maman et poupon à la période de questions de l’Assemblée nationale

Patrice Bergeron, La Presse Canadienne
Papa, maman et poupon à la période de questions de l’Assemblée nationale

QUÉBEC — Du jamais vu à l’Assemblée nationale: un nouveau papa s’est levé en Chambre, avec son poupon dans un porte-bébé. 

Et qui plus est, toute la petite famille était sur les banquettes. 

À la période de questions, le député libéral Gregory Kelley a créé un précédent en intervenant au Salon bleu avec le petit Gabriel, âgé de moins de deux mois, qui dormait tranquillement dans son harnais.

À peine quelques minutes avant, c’était sa mère, sur les mêmes banquettes, la députée Marwah Rizqy, qui le tenait dans ses bras avec, bien en vue, un biberon. 

Le petit ne semblait nullement perturbé par les clameurs dans le Salon bleu et jamais les microphones n’ont capté quelque babillage ou pleur que ce soit.

On ne voyait pas sa frimousse, mais on apercevait clairement sa chevelure noire abondante et sa petite main qui dépassait, pendant que papa se levait en Chambre, pour poser une question à la ministre de la Solidarité sociale et Action communautaire, Chantal Rouleau. 

Le ministre Christian Dubé a d’ailleurs pris la peine au début de la période de questions de féliciter les nouveaux parents.

«J’aimerais en profiter pour saluer deux collègues d’en face qui nous ont fait l’honneur aujourd’hui d’amener (leur bébé)… Trois, pardon (en comptant le bébé). Alors, bienvenue. (…) Et on me dit qu’il est en santé, il est en santé.»

Le petit Gabriel est né le 20 octobre dernier. Sa maman a donc fait sa campagne électorale dans Saint-Laurent sur ses derniers mois de grossesse.

En mai dernier, Mme Rizqy avait révélé qu’elle avait eu recours à la procréation assistée.

Des élues ont déjà amené leur bébé en Chambre, mais c’était la première fois qu’un papa se levait en Chambre avec un porte-bébé et que maman se trouvait à proximité.

Lors de la dernière législature, la députée Émilise Lessard-Therrien, de Québec solidaire, amenait parfois sa petite fille à la période de questions.  

On est donc bien loin de l’époque où Pauline Marois, dans le gouvernement Levesque, avait fait sensation alors qu’elle était enceinte et ministre.

Note aux lecteurs: Ceci est une version corrigée. Au 3e para., bien lire Gregory Kelley.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires