Washer Man fait équipe avec Goldorak

Par lynda_cloutier
Washer Man fait équipe avec Goldorak
Jean-Louis Gagné à côté de son Washer Man.

Goldorak s’ennuyait, tout seul, sur son bout de terrain. Jean-Louis Gagné de Sainte-Marguerite y a remédié en lui créant un compagnon : Washer Man.

À chaque année, quand la saison devient maussade, l’artiste-patenteux gagne son atelier pour y réaliser une nouvelle sculpture. Puis au printemps, les morceaux sont transportés à l’extérieur sur une table de « greffage ».

C’est à ce moment-là que les membres sont tous rattachés l’un à l’autre. Une fois assemblée, la sculpture est installée sur un socle. Or, ce n’est pas une mince affaire si on considère que l’œuvre fait une dizaine de pieds de hauteur et pèse 240 livres ou 107 kilos.

Un Iron Man personnalisé

Jean-Louis Gagné explique que son personnage est  inspiré d’Iron Man. « Je trouvais ce nom un peu tannant à prononcer et comme les plaques de tôle qui recouvrent l’armature de bois sont rivetés avec des rondelles (washers), cela m’a inspiré son appellation. »

Pour réaliser ses projets, l’artiste explique qu’il utilise notamment des éléments de récupération. Dans cette veine, le costume de Washer Man est agrémenté de bouchons de réservoirs d’essence, de découpes de métal et d’étoiles qui servent aux décorations de Noël. La nuit venue, elles illuminent de différentes couleurs, les mains de la sculpture.

« Je commence toujours par la tête, lance Jean-Louis Gagné. Une fois que c’est terminé, je me dis que le reste va suivre. » N’empêche qu’il arrive parfois que des casse-tête se posent.

Par exemple, l’artiste précise qu’il doit trouver les meilleurs procédés pour réussir ses joints. Alors qu’il jette un regard sur les doigts de Washer Man, on voit une petite ligne blanche se détacher à la jonction des jointures. « Tiens, dit-il, on dirait qu’il fait de l’arthrite. »

En route pour 2016

À 78 ans, le Margueritois a déjà quelques sculptures de grand format à son actif en plus de vire-vents et d’avions miniatures. « Si je continue à en faire une chaque année pendant dix ans, ça finira par faire un parc thématique. »,

L’hiver n’est pas encore à nos portes, mais Jean-Louis Gagné sait déjà à quoi ressemblera sa prochaine œuvre. Aux premiers beaux jours de 2016, elle sera installée à côté des deux personnages déjà existants. Goldorak qui s’ennuyait alors qu’il était seul trouve que la vie serait encore plus belle avec un troisième compagnon, soutient Jean-Louis Gagné.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires