Humble et généreuse

Humble et généreuse

Cécile Grondin-Gamache.

Crédit photo : gracieuseté

HOMMAGE. Le mardi 30 janvier dernier, Sainte-Marie perdait une de ses grandes dames: Cécile Grondin-Gamache, décédée à l’âge de 87 ans. Selon ses volontés, la commémoration a été faite en toute intimité, mais elle est partie en laissant une trace indélébile dans le cœur des personnes qui l’ont côtoyé.

« C’était une artiste à différents points de vue, a déclaré l’abbé Patrice Vallée, qui compte d’ailleurs une de ses toiles dans son bureau. C’était très important pour elle de s’occuper des gens dans le besoin. Elle avait ça à cœur. C’était une femme pétillante, comme un feu d’artifice. […] Elle aimait beaucoup faire la cuisine pour donner autour d’elle. Elle était très généreuse d’elle-même. »

Entre autres, Cécile Grondin-Gamache était très impliquée dans la Fondation Le Crépuscule et au Service d’Entraide de Sainte-Marie. Son remplaçant à la présidence du Service d’Entraide est le diacre Michel Bolduc, qui lui a offert son amitié il y a une quarantaine d’années. « Elle se donnait. Elle aidait les gens avec son propre argent. Elle avait trois congélateurs et elle donnait beaucoup aux pauvres », dit-il. M. Bolduc a également raconté que plus d’une fois on a voulu remettre à Mme Gamache des marques de reconnaissance pour ses bonnes œuvres, mais elle n’a jamais accepté les honneurs. « Pour moi, c’est un modèle. »

Serge Marcoux, secrétaire trésorier de la Fondation Le Crépuscule et bénévole actif au Service d’Entraide, la connaissait aussi depuis plus de 35 ans. « Elle mettait en pratique la notion qui veut que “Plus tu donnes, plus tu reçois” », a-t-il affirmé.

Marcoux en gardera en mémoire l’image d’une personne engagée dans sa communauté, d’une très grande générosité envers les plus démunis et d’une discrétion importante sur ses actions. « Elle disait que la charité ne fait pas de bruit. […] Elle se donnait en entier et consacrait tous les efforts à l’atteinte de ses objectifs ou projets à réaliser. »

Pour sa part, Serge Villeneuve l’a rencontré il y a plus de 25 ans avec la guignolée. « Son accueil a fait foi de tout. J`étais gagné. Nous étions prêts à tout faire pour lui donner satisfaction, pour voir son sourire. […] La gentillesse, la patience, l`écoute, la douceur et la générosité. Voilà le souvenir que je garderai toujours de cette dame remplie de bonté. Au revoir Mme Gamache, et surtout, merci. »

Cécile Grondin-Gamache. Crédit photo: Nancy Bouchard

Poster un Commentaire

avatar