Vapoter: populaire en Beauce pour arrêter de fumer

Photo de Hubert Lapointe
Par Hubert Lapointe

Timbres de nicotines, gommes à mâcher, boire de l’eau abondamment, se tenir les mains occupées… Différentes techniques existent pour permettre à un fumeur d’éliminer sa dépendance à la cigarette. Depuis quelques mois, le vapotage (action d’aspirer de la vapeur d’une cigarette électronique) profite d’une grande popularité et la Beauce n’y fait pas exception.

Francis Labonté, copropriétaire de la boutique Vapeking de Sainte-Marie, s’était questionné sur la pertinence de s’installer dans la région. Ainsi, avant d’avoir pignon sur rue au 1083 du boulevard Vachon Nord, soit entre les mois d’octobre et de février derniers, le commerce était situé au 149 de la rue Notre-Dame Nord. « On voulait tester le marché, mais on a été surpris des résultats. On a donc déménagé dans un endroit plus présentable », a-t-il affirmé.

Bien qu’aucun chiffre n’a été dévoilé, M. Labonté a toutefois assuré que sa boutique mariveraine est rentable. Il explique ce succès un peu par la curiosité de la population pour un nouveau produit, mais surtout par le désir de la majorité des fumeurs d’arrêter de fumer. En effet, toujours selon Francis Labonté, au moins 95 % des gens parviendraient à éliminer leur envie de cigarette grâce au vapotage.

« Ça donne une dose de nicotine instantanément, sans les aspects nocifs de la cigarette. Ça permet aussi de diminuer la dose naturellement, en s’adaptant aux besoins de chaque individu », explique-t-il.

Enfin, il sait que vapoter offre aux accros du tabac la capacité d’apaiser leur besoin dans la voiture sans intoxiquer l’air de ses passagers. « C’est aussi dommageable pour la santé que lorsqu’on fait chauffer de l’eau sur le poêle! »

Projet de loi 44

Présentée à l’Assemblée nationale le 5 mai dernier par Lucie Charlebois, ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse et à la Santé publique, le Projet de loi 44 vise à renforcer la lutte contre le tabagisme. Pour le moment, à titre préventif, la cigarette électronique serait soumise aux mêmes interdictions que celles imposées aux produits du tabac (endroits publics, restaurants, terrasses, etc.).

Or, mettre les fumeurs et les vapoteurs dans le même panier déplait à ces derniers, lesquels commencent à s’organiser afin de faire entendre leur voix au gouvernement. Pour ce faire, a notamment été lancée la page Regroupement des vapoteurs du Québec sur Facebook. Une histoire à suivre.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires