Parler de suicide pour l’éviter

Photo de Hubert Lapointe
Par Hubert Lapointe
Parler de suicide pour l’éviter
Une centaine de personnes ont assisté à la projection.

Dans le cadre de la journée mondiale des endeuillés par suicide, soit le lundi 23 novembre dernier, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches et le Groupe d’Accompagnement Jonathan invitaient la population à la projection du documentaire « Sans toi ». L’activité tenue au Centre Caztel de Sainte-Marie était suivie d’échanges avec des intervenants en santé mentale et en prévention du suicide.

Le documentaire a été réalisé sur sept ans par Mélanie L. Dion et Alexandre Hardy, qui cherchaient à comprendre ce qui a pu pousser un de leurs amis à commettre l’irréparable. Avec des témoignages de personnes endeuillées et de professionnels, la vidéo traite du suicide comme étant une question de santé publique et de bonheur collectif.

Plus précisément, « Sans toi » montrait tous les ravages qu’un suicide peut avoir sur une famille et l’importance pour les personnes en crise de communiquer leur détresse. « Ils ont peur de nous en mettre sur les épaules, mais c’est bien moins dur ça que de ne plus les avoir dans notre vie », raconte notamment une mère brisée par le départ prématuré de son garçon.

« Je ne suis pas important. Personne ne m’aime. Je ne fais rien de bien… C’est tout faux. Les pensées suicidaires sont échafaudées sur le mensonge et l’aide professionnelle peut tout changer », de lancer plus tard un expert en la matière. Le documentaire soulève enfin que les problèmes ne sont pas éternels et pour ceux qui craignent le pire de la part d’un proche, il est primordial d’être proactif en demandant directement (en vos mots): « Est-ce que tu penses au suicide ? »

« L’objectif premier est de faire de la prévention. Il faut que les gens réalisent qu’ils sont responsables de leur santé mentale. Il est important qu’ils soient capables de mettre des mots sur leur douleur, c’est vraiment dangereux », a résumé Mme Dion, espérant à chaque présentation avoir enlevé un tabou de plus dans la société.

Présente à l’événement, Véronique Bourgault, travailleuse sociale en prévention du suicide au CISSS, a fait savoir que si la demande devenait suffisamment élevée, le Groupe d’Accompagnement Jonathan offrira au printemps des groupes de soutien pour les personnes endeuillées à Sainte-Marie.

Rappelons que la 25e Semaine nationale de prévention du suicide se déroulera du 31 janvier au 6 février prochain et aura pour thème « T’es important-e pour nous. Le suicide n’est pas une option ». À ce propos, les personnes qui ont besoin d’aide peuvent téléphoner au 1 866 APPELLE (277-3553).

 

Pour en savoir plus ou pour demander une projection, visitez le sanstoi.com.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires