Pour mettre fin aux problèmes d’odeurs à Saint-Lambert

Pour mettre fin aux problèmes d’odeurs à Saint-Lambert

La quantité totale de déchets à enfouir est passée de 49 600 tonnes en 2007 à moins de 39 200 tonnes en 2017.

Crédit photo : libre de droits

SAINT-LAMBERT. Dès le printemps prochain, la Régie intermunicipale de gestion des déchets des Chutes-de-la-Chaudière réalisera les travaux de fermeture des deux cellules actuellement en activité au site d’enfouissement technique de Saint-Lambert-de-Lauzon,. Les travaux consistent à en faire l’imperméabilisation et à les raccorder à une torchère permettant la destruction complète des gaz.

Ces travaux, initialement prévus au début du mois d’août 2019, sont devancés de trois mois afin de corriger la situation dès la fonte des neiges. Il faut préciser que rien n’indique qu’un problème existe avec les cellules fermées précédemment.

« Dès les premiers signes d’une odeur anormale, nous avons mis à l’œuvre nos équipes afin de trouver la source du problème et d’y remédier. Notre plan d’action est clair et nous maintiendrons les efforts jusqu’au retour à la normale pour les résidents, ce qui devrait être complété au début de l’été », a affirmé Réjean Lamontagne, président du conseil d’administration.

De plus, afin de remédier à la situation, la Régie utilise présentement un matériel inerte, soit du sable, comme recouvrement journalier, en lieu et place du matériel qui cause problème. Ce dernier, composé de matériaux de construction broyés, sera dorénavant banni du site d’enfouissement.

Également, la Ville de Lévis a mandaté une firme d’experts afin de poser un diagnostic complet des gaz odorants générés sur le site. Si d’autres sources d’odeurs sont identifiées, la Régie mettra en place les actions nécessaires pour les enrayer.

Enfin, l’organisation reverra prochainement l’ensemble de ses méthodes de travail avec l’aide d’une firme d’experts. En effet, la population produit de moins en moins de déchets et la Régie doit tenir compte de cette nouvelle réalité. La durée de vie utile d’une cellule d’enfouissement est passée de 3 ans à 5 ans, ce qui a un impact sur la décomposition des déchets et la génération de gaz odorants.

Mentionnons que depuis 2011, la quantité de matières organiques enfouies au lieu d’enfouissement technique du site de Saint-Lambert-de-Lauzon a grandement diminué; c’est aujourd’hui plus de 15 000 tonnes de matières compostables qui sont détournées chaque année par le biais du bac brun. Grâce au recyclage, la quantité totale de déchets à enfouir est passée de 49 600 tonnes en 2007 à moins de 39 200 tonnes en 2017, et ce, malgré une croissance appréciable de la population et de l’activité économique.

Poster un Commentaire

avatar