La Commission scolaire termine son année avec un maigre surplus

La Commission scolaire termine son année avec un maigre surplus

Le directeur du Service des finances, Patrick Beaudoin, le président, Charles-Henri Lecours, et le directeur général, Normand Lessard, lors de la présentation des états financiers de la CSBE.

Crédit photo : L'Éclaireur Progrès – Andréanne Huot

ÉDUCATION.  > La commission scolaire de la Beauce-Etchemin (CSBE) termine l’année scolaire 2017-2018 avec un surplus de 390 493 $, ce qui représente un tout petit 0,18 % de son budget annuel.

Les revenus de la CSBE ont augmenté 9,2 M$ lors de la dernière année pour atteindre 220 139 344 $. Cette augmentation est due principalement à l’augmentation de la clientèle, plus particulièrement celle du niveau primaire dans le secteur de la MRC de la Nouvelle-Beauce. L’indexation des salaires est un autre facteur important pour justifier cette hausse du budget.

L’augmentation est aussi explicable par les réinvestissements gouvernementaux en éducation, représentant 4 M$, et se traduisant plus particulièrement par des services directs aux élèves, soit l’ajout de ressources professionnelles comme des techniciens en éducation spécialisée, psychologues, orthopédagogues, etc.

Principales dépenses

Les dépenses se chiffrent à 219 748 851 $, soit environ 7,8 M$ de plus que l’année 2016-2017. Cela s’explique par la hausse d’un peu plus de 3,5 M$ du côté du soutien à l’enseignement et à la formation, ces ressources professionnelles supplémentaires ajoutées dans les écoles dans le but d’offrir plus de services à la clientèle étudiante.

D’autres secteurs de dépenses ont aussi augmenté, mais dans une moindre mesure. Un montant de 1,1 M$ s’est ajouté du côté du transport scolaire et des services de garde en raison de l’augmentation de la clientèle, 1,3 M$ de plus a été investi dans la réfection des bâtiments et 1,1 M$ supplémentaire dans les salaires. Ces derniers représentent 75 % du budget de la CSBE.

Surplus et investissements

Le surplus d’un peu plus de 390 000 $ a été ajouté au surplus accumulé de la CSBE qui se chiffre à ce jour à 1 783 231 $, si l’on enlève la valeur des terrains et la valeur des provisions pour les avantages sociaux des employés. Comme l’explique le directeur général de l’organisation, Normand Lessard, «c’est comme si pour une famille ayant un revenu de 75 000 $, ils réussissent à mettre de côté 131 $ dans l’année». «Vous voyez que nous n’avons pas une grande marge de manœuvre», a ajouté le président de la CSBE, Charles-Henri Lecours.

D’ailleurs, M. Lecours souhaite que le nouveau gouvernement, qui dit prioriser l’éducation, continue à faire les investissements nécessaires en ce sens. Rappelons que la CSBE avait déjà mis de côté un montant de près de 2,75 M$ l’an dernier pour le règlement du recours collectif pour les frais chargés aux parents. Afin de dégager ce montant, l’organisation avait alors fait un déficit d’un peu plus de 1 M$.

Après avoir investi 15,2 M$ dans le maintien et la rénovation de ses bâtiments en 2017-2018, la commission scolaire prévoit des investissements d’un peu plus de 12,75 M$ cette année. Parmi les projets les plus importants, notons le remplacement de la chaussé et de l’aire de stationnement de la polyvalente Benoît-Vachon et de la polyvalente des Abénaquis (1,45 M$) et le remplacement de la fenestration et des blocs sanitaires à l’école des Sommets de Saint-Zacharie (1,28 M$).

 

Poster un Commentaire

avatar