Le lien cyclable Beauce-Bellechasse en péril?

Photo de Eric Gourde
Par Eric Gourde
Le lien cyclable Beauce-Bellechasse en péril?
Les voies ferrées désaffectées sont devenues de belles options pour y ériger des voies cyclables, dont celle de la Cycloroute de Bellechasse. (Photo : La Voix du Sud – Archives)

VÉLO. Le projet de relier la Cycloroute de Bellechasse et la Véloroute de la Chaudière de Saint-Anselme à Scott pourrait être plus difficile qu’escompté par les élus des deux régions.

Initiés par la MRC Nouvelle-Beauce et appuyés au départ par les localités de Sainte-Hénédine et Saint-Isidore, les élus du milieu souhaitaient utiliser la voie ferrée désaffectée, enlever le rail et à construire une piste cyclable à même cette emprise. Deux obstacles semblent toutefois vouloir se dresser devant le projet.

Dans un premier temps, le ministère des Transports du Québec (MTQ) ne peut plus octroyer de permis d’occupation ou de bail sur les emprises ferroviaires abandonnées ayant des rails d’ici la tenue d’un Sommet sur le transport ferroviaire qui doit avoir lieu en décembre prochain. Aussi, l’entreprise COOP Avantis aurait manifesté au MTQ son intérêt d’utiliser la voie ferrée pour faire entrer et sortir du grain de son centre de Sainte-Hénédine.

Le directeur général de la MRC Nouvelle-Beauce, Mario Caron, avoue être surpris de ces nouveaux développements. « Le moratoire du ministère fait en sorte que nos discussions avec le ministère des Transports sont suspendues. Nous avons déjà des études de faites sur la qualité des ponceaux, la faisabilité et autres, des rencontres avec les propriétaires touchés. Aussi, la coopérative nous avait déjà indiqué, dans le passé, que la voie ferrée n’était plus nécessaire pour eux. Il est certain que leur intérêt soudain est surprenant. »

Pour le maire de Sainte-Hénédine, Michel Duval, la MRC de la Nouvelle-Beauce se doit de poursuivre quand même les démarches en cours liées au projet, chose bien accueillie par les élus. « La coopérative avait essayé de relancer le train il y a quelques années et Sainte-Hénédine n’est qu’un centre de grain et non une meunerie. L’apport économique d’une piste cyclable serait bien plus avantageux globalement pour nos populations que le train qui a peu ou pas de potentiel. »

M. Caron ajoute qu’il n’y a déjà plus de voie ferrée entre Saint-Anselme et Sainte-Hénédine depuis plusieurs années. « Scott et Sainte-Hénédine sont toujours reliés, sauf que les traverses routières ont aussi été enlevées depuis au moins dix ans, lors de la reconstruction du rang Ste-Thérèse. Ailleurs, la végétation a repris son élan. »

Le conseil des maires de la MRC a bien accueilli la demande de monsieur Duval, ayant déjà investi des sommes importantes afin de procéder à d’importants travaux l’an dernier, de trouver une solution pour le passage sous les viaducs de l’autoroute 73 à Scott et pour l’embauche de ressources dans le passé.

Le lien cyclable rejoindrait, par la Cycloroute de Bellechasse, le Parcours des Anses à Lévis et offrirait une boucle de 100 km en Chaudière-Appalaches, une offre touristique attractive pour les touristes en quête de nouveaux circuits cyclables, indique la MRC de la Nouvelle-Beauce qui espère d’ailleurs une rencontre avec la MRC de Bellechasse pour faire le point sur le sujet très bientôt.

Partager cet article

3
Laisser un commentaire

avatar
2 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
PascalClaude DulacMichel Bonneau Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Michel Bonneau
Invité
Michel Bonneau

Un moratoire sur les voies ferrées quelle farce politique monumental

Claude Dulac
Invité
Claude Dulac

le Québec devrait imposer aux villes de réparer leurs routes,leurs rues avant de procéder a d’autres dépenses pour les pistes cyclables qui est plutot un caprice que d’autre chose

Pascal
Invité
Pascal

M. Dulac… Les routes relèvent du MTQ ou des municipalités. Les pistes cyclables peuvent relever des MRC. Donc arrêtons de tout mélanger.