Un monde meilleur créé par des élèves charpentiers-menuisiers

Photo de Frederic Desjardins
Par Frederic Desjardins
Un monde meilleur créé par des élèves charpentiers-menuisiers
Ces élèves, de la promotion 2011, ont effectué des travaux de coffrage au Guatemala. (Photo : Gracieuseté)

Une quinzaine d’élèves en charpenterie-menuiserie, du centre Pozer à Saint-Georges, participent annuellement à un projet humanitaire ou communautaire amalgamant les apprentissages et l’aide citoyenne.

À lire aussi : Des bons souvenirs pour Anthony et Olivier au Guatemala

En 2005, les enseignants Martin Cloutier et Richard Fortin ont lancé ce concept avec un premier projet humanitaire de trois semaines à Sumpango, au Guatemala. L’expérience s’est révélée positive, au point où neuf autres voyages de travail ont été organisés par la suite.

«C’était la première fois qu’un centre de formation professionnelle faisait ça au Québec. Depuis ce temps, d’autres écoles nous ont appelés pour savoir comment ça marchait. Comme le programme dure 11 mois, ce sont de nouveaux élèves chaque année qui participent à l’activité», dit M. Fortin.

«Nous avons été six fois au Guatemela, ainsi qu’au Pérou (2010), au Paraguay (2013) et en Haïti (2018). Sauf pour Haïti, nous avons collaboré avec Casira, un organisme trouvant des projets humanitaires où on pouvait s’impliquer», explique M. Cloutier.

Polyvalence et rapprochements

Groupe présent au Paraguay en 2013.

Au Guatemela, les élèves aidaient surtout aux rénovations d’un orphelinat et d’une école. Dormant au sol, ils devaient s’accoutumer aux mets locaux et se débrouiller avec des outils rudimentaires.

«Une auberge a ensuite été construite et les jeunes pouvaient manger de la nourriture comme au Québec. Maintenant, on amène quelques outils, mais tous les matériaux sont achetés là-bas», précise Martin Cloutier.

Les élèves travaillent jusqu’à dix heures par jour en semaine, les week-ends étant réservés à des visites culturelles. Au fil des jours, une belle camaraderie s’installe entre les participants.

«Ils socialisent entre eux et avec les jeunes de l’endroit. Chaque soir, on discutait avec les gars pour savoir comment ils vivaient ça. En revoyant d’anciens élèves, ils ont tous dit que ça avait changé leur vie», mentionne Richard Fortin.

Ici comme ailleurs

En 2018, les élèves se sont rendus en Haïti.

Pendant les années où la tenue d’un voyage humanitaire était impossible, les élèves donnaient du temps au sein d’un projet communautaire.

«À Venise-en-Québec (2011), nous avons fait du nettoyage et de la reconstruction à la suite d’inondations. En 2016, on a construit un garage et un gazebo pour Au Bercail (Saint-Georges) et un garage au centre Le Portage (Saint-Malachie)», indique Richard Fortin.

Ces initiatives sont illustrées sur les murs du département grâce à des plaques commémoratives. Concernant le voyage en 2019, on peut en savoir plus sur la page Facebook Suivez nous au Guatemala.

«Des jeunes s’inscrivent au programme à cause du projet d’aide. En 2018, on l’a implanté au centre des Bâtisseurs à Sainte-Marie. Tous les enseignants s’impliquent et veulent que ça continue», conclut Martin Cloutier.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des