«Les libéraux achètent des votes qui endetteront nos enfants» – Maxime Bernier

Photo de Frederic Desjardins
Par Frederic Desjardins
«Les libéraux achètent des votes qui endetteront nos enfants» – Maxime Bernier
Maxime Bernier prône toujours l’abolition de la gestion de l’offre. (Photo : Beauce Media - Archives)

Maxime Bernier, député de Beauce et chef du Parti populaire du Canada (PPC), qualifie d’irresponsable le budget fédéral présenté le 19 mars par le Parti libéral.

À lire aussi : Enjeux identifiés et moyens insuffisants pour les agriculteurs

«C’est leur plate-forme en vue de la prochaine élection. Ils achètent des votes qui endetteront nos enfants et petits-enfants, en plus d’avoir menti sur le retour à l’équilibre budgétaire. Sous les libéraux, l’ensemble des déficits a atteint 70 milliards de dollars, alors que la dette publique est rendue à 700 milliards de dollars», dénonce-t-il.

Selon lui, le Canada ne possède aucune marge de manoeuvre en cas d’une récession. «Au lieu de cela, Justin Trudeau préfère donner de supposés cadeaux avec la carte de crédit de tous les Canadiens», dit M. Bernier.

Gestion de l’offre

Prônant l’abolition de la gestion de l’offre, Maxime Bernier désapprouve le soutien financier de 3,9 G$ aux agriculteurs spécialisés dans les produits laitiers, les œufs et la volaille.

Une partie de ce montant (2,3 G$) aiderait ces producteurs pour les pertes de revenus liées à l’Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne, et à l’Accord de Partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP). Le reste (1,5 G$) servirait pour un programme de garantie de la valeur des quotas.

Maxime Bernier critique aussi le comportement d’Andrew Scheer lors de la présentation du budget.

«C’est cher payé pour un système où les consommateurs ne profiteront d’aucune baisse de prix, et ça n’inclut pas les compensations à venir pour l’Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM). Le PPC aurait donné des compensations immédiates de 5G$ pour mettre fin à la gestion de l’offre et baisser les prix pour les consommateurs», confirme Maxime Bernier.

Médicaments et aînés

Sur la création de l’Agence canadienne des médicaments, qui pourrait mener à la conception d’un régime national d’assurance, Maxime Bernier affirme que les libéraux s’ingèrent dans un champ de compétence provincial.

«Le Québec l’a prouvé en créant son propre système d’assurance-médicaments. On crée une structure bureaucratique pour rien. C’est typique des libéraux de s’ingérer dans les compétences des provinces», croit-il.

Cependant, Maxime Bernier trouve que la bonification du Supplément de revenu garanti aux aînés est une excellente idée. «Ça permettra aux aînés de travailler davantage sans aucune pénalité, en plus d’être une solution partielle à la pénurie de main-d’œuvre», pense-t-il.

Comportement déplacé

Le Parti conservateur s’est fait remarquer lors de la lecture du budget en faisant du tapage, avant de quitter la Chambre des communes. Celui-ci a été lu avec une heure de retard, le PCC utilisant divers stratagèmes afin de dénoncer la fin des travaux du comité judiciaire sur l’affaire SNC-Lavalin.

«Je me pose aussi des questions sur SNC-Lavalin, mais ce n’était pas le moment de faire ça. Les autres partis n’ont pas effectué ces gestes enfantins et irrespectueux. Ça montre comme Andrew Scheer est un leader faible», conclut Maxime Bernier.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des