Maxime Nadeau a brisé la glace européenne!

Photo de Hubert Lapointe
Par Hubert Lapointe
Maxime Nadeau a brisé la glace européenne!
Maxime Nadeau se rapproche toujours plus de son objectif: faire un « Red Bull Crashed Ice ».

SAINTE-MARIE. Pour pratiquer le patinage de descente extrême (« crashed ice »), ça prend du cran. Beaucoup de cran. Or, Maxime Nadeau, 23 ans de Sainte-Marie, revient justement de Russie et de Finlande, où il a montré aux athlètes professionnels que lorsqu’un jarret noir a une idée derrière la tête, il ne l’a pas dans les patins.

En effet, celui qui participe à ce genre d’événements depuis 2015 pour le plaisir (et depuis 2017 d’une manière plus assidue) a pris part à ses deux premières compétitions européennes. Son baptême outre-mer a eu lieu à Rautalampi (ATSX 250) en Finlande le 19 janvier dernier, et au centre de ski Igora au nord de Saint-Pétersbourg (ATSX 500) en Russie le 26 janvier.

« Lors de l’ATSX 250, je n’ai pas performé comme je le voulais. J’ai eu quelques difficultés lors des qualifications et, durant ma course, j’ai chuté. J’ai terminé cette compétition au 58e rang. Par contre, je suis revenu en force la semaine suivante pour l’ATSX 500. J’ai terminé au 28e rang. J’ai rivalisé avec les professionnels et j’ai passé à deux doigts d’avoir mon premier laissez-passer pour un « Red Bull Crashed Ice »! Aussi, le fait de terminer à cette position me donne beaucoup de points pour le classement cette année », d’expliquer l’amoureux des sensations fortes et ancien joueur des Beaucerons (Ligue de hockey Junior AA).

Maxime Nadeau.

Un sport incomparable!

Selon Maxime Nadeau, pour descendre à vive allure des pistes recouvertes de glace, il faut être en bonne condition physique et savoir rester concentré. Particulièrement cette année, il dit profiter également d’un excellent coup de patin, d’un très bon équilibre et de beaucoup de confiance.

« J’adore l’adrénaline que la compétition apporte. Nous sommes loin de patiner sur une glace d’aréna… Nous descendons des pistes avec de bons dénivelés, des virages, des obstacles et des sauts. De plus, nous descendons les parcours à quatre patineurs à la fois. Tout peut arriver lors d’une course », a-t-il indiqué, non moins conscient qu’il doit encore améliorer ses sauts et son « explosion » au départ.

Pour la suite, le sportif mariverain sera de l’ATSX 500 de Mont du Lac au Wisconsin (États-Unis) le 13 février prochain, de même qu’à l’ATSX 500 de La Sarre en Abitibi le 2 mars. « J’ai bien hâte de remettre les patins! », a-t-il lancé, en espérant qu’il y amassera le plus de points possible et ainsi améliorer son classement et se rapprocher de son objectif: faire un « Red Bull Crashed Ice ».

« Je suis motivé à mettre les bouchées doubles durant mes entraînements pour éventuellement rentrer chez les professionnels! », a-t-il conclu, en remerciant ses commanditaires Pro-Fab, Drouin et Frères et Vachon École de conduite supérieure pour leur confiance.

Crédit: Mark Roe – markroe.photoshelter.com
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des