Le Parti populaire du Canada s’étend d’un océan à l’autre

Photo de Frederic Desjardins
Par Frederic Desjardins
Le Parti populaire du Canada s’étend d’un océan à l’autre
Maxime Bernier pense que le PPC rejoint les valeurs des Beaucerons. (Photo : L'Éclaireur Progrès - Frédéric Desjardins)

POLITIQUE.  > En date du 22 novembre, le Parti populaire du Canada (PPC) avait formé 198 associations de circonscriptions, couvrant 59 % du territoire de votation.

@R:Son chef, Maxime Bernier, pense toujours que le PPC aura des associations dans les 338 circonscriptions d’ici la fin de l’année. Le parti présentera d’ailleurs des candidats lors de trois élections partielles prévues en février prochain.

«Elles auront lieu en Colombie-Britannique et en Ontario, ainsi qu’au Québec dans Outremont, l’ancienne circonscription de Thomas Mulcair. Élections Canada nous a donné le feu vert comme parti admissible à l’enregistrement, la première étape avant d’être officiellement reconnu. Le parti sera définitivement enregistré lorsque nous présenterons nos candidats aux élections partielles», d’expliquer le député beauceron.

Maxime Bernier participe à la formation des associations à partir de ses bureaux à Saint-Georges et Ottawa. Malgré tout, il s’est déplacé à de nombreuses reprises à travers le pays afin de rencontrer des partisans.

Un récent sondage de la firme Mainstreet Research, qui le place au second rang dans la circonscription de Beauce dans une lutte serrée contre le conservateur Richard Lehoux, ne l’effraie pas du tout.

«Je serai toujours disponible pour les électeurs de ma circonscription. Je suis fier de représenter les valeurs des Beaucerons. Ce n’est pas seulement les agriculteurs ou les maires qui décideront du vote final. Le PPC vous réservera une belle surprise en 2019», dit Maxime Bernier.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
SOULEYE NDIAYE
Invité
SOULEYE NDIAYE

Bravo. On y croit.