Daniel Royer en 10 questions

Par Mathieu Galarneau
Daniel Royer en 10 questions
Daniel Royer est candidat pour le NPD en Beauce.

ÉLECTIONS. À l’aube de l’élection du 19 octobre prochain, Beauce Média et L’Éclaireur-Progrès vous proposent de découvrir qui sont vos candidats, en politique comme dans la vie de tous les jours. Nous vous présentons aujourd’hui Daniel Royer, du Nouveau parti démocratique (NPD).

Daniel Royer et la politique en cinq questions

Q: Qu’est-ce qui vous a motivé à vous lancer en politique à ce moment-ci?

R: Je me suis lancé en politique car, pour moi, c’était ce moment ou peut-être jamais car j’étais disposé et disponible. Lorsque j’ai rencontré les instances du parti en janvier, je savais où je m’en allais. Je crois aux valeurs du NPD depuis longtemps, je suis préoccupé par les questions de société. Je ne suis pas qu’un visage sur une pancarte, j’ai aussi l’expérience de travail avec des politiciens et des sénateurs. Il fut un temps où je devais me déplacer à Ottawa pour les rencontrer puisque je développais des projets financés par le fédéral dans différentes régions au Québec. Je devais entretenir une collaboration avec le fédéral. J’ai développé 10 projets créateurs d’emploi dans sept municipalités et j’ai une facilité à travailler avec les acteurs du milieu.

Je connais beaucoup les jeunes et leurs préoccupations pour avoir travaillé avec eux au Cégep Beauce-Appalaches ou dans des commissions scolaires. Je suis préoccupé par le sort de nos aînés et des plus démunis. Je fais partie de cette fameuse classe moyenne dont on parle beaucoup ces temps-ci et j’en connais les préoccupations. J’ai le désir de mettre de l’avant mon leadership, mon expérience et mes réalisations au profit des citoyens de la Beauce. Tout ce bagage servira dans mon travail de député.

Finalement, un peu comme la population, je suis motivé par le désir du changement car je crois sincèrement que nous pouvons espérer mieux et non seulement ici en Beauce, mais au niveau national et international. Bien sûr mon chef Tom Mulcair a aussi motivé ma décision, grâce à sa vision, son expérience et son aplomb.

Q: Qui vous a le plus inspiré en politique?

R: […] J’ai travaillé avec des femmes et des hommes politiques ayant de grandes qualités et très dévoués dans tous les paliers. Nous n’avons pas besoin de chercher loin pour en trouver.

Sans rien enlever à ces derniers, et même si la personne qui m’inspire n’est pas une élue, Mère Teresa demeure pour moi un exemple et malgré elle, la politique tournait autour d’elle. J’ai rencontré cette religieuse, j’ai travaillé pour ses œuvres à Calcutta et j’ai eu quelques entretiens en privé avec elle. C’était une femme d’action et par sa présence, elle donnait l’envie de se dépasser. Même si elle ne négociait pas avec les politiciens, j’ai observé à quel point ces derniers souhaitaient sa présence et lorsqu’elle s’adressait à eux, il en résultait d’une ouverture et d’une recherche de solution et d’une aide supplémentaire dans les causes humanitaires. Elle était un symbole de paix et les politiciens recherchaient ces symboles de paix contrairement à aujourd’hui ou la guerre et l’armement sont mis de l’avant.

Mère Teresa ne se perdait pas dans les grands discours, elle donnait l’exemple par son implication et son urgence d’agir partout dans le monde. Elle est sans aucun doute une des fondatrices de l’aide humanitaire international et un exemple diplomatique. Elle ne cherchait aucunement à devenir une image médiatique ni être aimée de tous. Elle faisait ce qu’elle avait à faire et ne croyez surtout pas qu’elle avait la vie facile mais le message positif faisait de l’effet.

C’est ce qu’on recherche en politique, un message positif. Jack Layton était très positif lui aussi.

Q: Quelle serait votre première action en tant que député de Beauce?

R: La première de toute serait d’établir une rigueur administrative à mon budget d’opération dans les deux bureaux de comté et dans mon bureau d’Ottawa. J’établirais un budget à la baisse en comparaison de ce qui est offert normalement à un député. Lorsqu’on demande aux citoyens de se serrer la ceinture, le député d’une circonscription doit être capable d’en faire tout autant et de montrer l’exemple. Il y a de l’argent dépensé inutilement par plusieurs de nos élus et souvent pour des raisons purement partisanes.

Le député doit être créatif et appliquer l’austérité dans son propre budget d’opération. Je regarderai les dépenses complètes et en détail qui sont alloués pour le fonctionnement des bureaux de Beauce et Ottawa, et je ferai des coupes.

Il n’est aucunement question de couper dans le salaire du personnel et ainsi risquer de diminuer les services à la population. Il faut bien gérer l’argent des contribuables qui eux par les taxes et impôts, paient pour le fonctionnement des bureaux du député de Beauce. Par respect pour la population, c’est la moindre des choses que de tenter de couper dans ce qui n’est pas nécessaire. 

Je suis convaincu que j’arriverai à diminuer les coûts d’opération d’au moins 5 % ou plus et je m’engage à le faire. Pour redonner espoir aux citoyens envers la classe politique, il faut faire des actions dignes de confiance. Peut-être que ma façon de faire déplaira à certains politiciens mais je le ferai quand même. Je suis convaincu que plusieurs autres qui veulent du changement, participeront librement à cet exercice administratif.

Q: Quelle est la valeur la plus importante à défendre pour vous en politique?

R: La transparence et une communication non partisane doivent être misent de l’avant pour regagner la confiance des citoyens. Les gens se sentent floués lorsque des décisions majeures sont prisent et que les élus ont gardé pour eux certaines informations importantes à transmettre au public. Ou encore, lorsqu’un dossier est traité d’une façon purement partisane, pour le parti et non pour la population.

Si la population est cynique envers nos politiciens c’est en grande partie à cause du comportement abusif de certains. En contournant les règles et les façons de faire, plusieurs politiciens sont eux-mêmes cyniques envers la population.

Notre gouvernement doit avoir le courage d’apporter des modifications sur les procédures et même d’établir des lois qui concerne la transparence. Un peu comme dans une entreprise, lorsque tu affiches une certaine transparence, le personnel sait dans quelle direction il va et travaille en équipe et lorsque les jours difficile arrivent, l’équipe t’appuie à ce moment. Mais lorsque la transparence n’existe pas et que les jours difficiles arrivent, les employés regardent le leader sombrer sans l’aider. Au NPD, nous irons dans la direction de la transparence. 

Q: Si vous aviez une chose à changer à votre personnalité, qu’est-ce que ce serait?

R: J’ose dire que je ne changerais rien pour l’instant car mes qualités et défauts font partie intégrante de ma personnalité. Par la nature de mon travail de député, je ferai assurément le constat que certains traits devront être bonifiés, mis en veilleuse ou demeurer tel quel. J’ai confiance en mes moyens et à ma capacité d’introspection pour en faire l’analyse. De plus, j’ai suffisamment d’humilité pour écouter les conseils et apporter des modifications.

Qui est Daniel Royer le Beauceron?

Q: Qu’est-ce qui vous rend le plus fier de la Beauce?

R: J’ai un sentiment de fierté général d’être un Beauceron. Je ne crois pas être chauvin mais lorsque je me présente, je suis heureux d’affirmer que je suis de la région de Beauce et je m’identifie avant tout comme un Beauceron.

Les qualités des beaucerons sont nombreuses. Ils sont débrouillards, créatifs et n’attendent pas après les autres car ils sont proactifs. Je rencontre dans différents paliers, des citoyens ayant une intéressante vision d’avenir pour notre région. Je suis impressionné de constater ce désir de progresser et de recherche de solutions pour rendre notre région encore plus attrayante. Je suis particulièrement fier de faire partie de la grande famille beauceronne. Je partage les valeurs qui sont entre autres dirigées vers la famille, l’entraide, le travail et les réjouissances.

Q: Quel est votre sport préféré? À quel endroit le pratiquez-vous dans la région?

R: Depuis environ trois mois, je ne pratique aucun sport. Ma candidature prend tout mon temps. Lorsque j’ai un peu de temps libre, j’aime jouer avec mes enfants. Ces temps-ci, nous jouons souvent au hockey dans la rue. Sinon en temps plus normal, je pratique la boxe récréative ici à Saint-Georges et j’adore cela. Bientôt, j’ai l’intention d’essayer le crossfit.

J’aime beaucoup le dépassement de soi par l’effort physique. J’adore aussi regarder le football, car les stratégies sont incroyables et le travail d’équipe est primordial. Rare sont les sports où il est obligatoire d’étudier un cahier de jeu pour jouer, car si un joueur n’exécute pas son plan de match, tous ses coéquipiers sur le terrain vont en subir les conséquences. J’ai joué au collégial pour nos Condors et j’ai été entraîneur pour des équipes au secondaire. Ce sport me fascine encore aujourd’hui autant qu’à la première fois où plus jeune, j’ai embarqué sur le terrain.  

Q: Quel est votre groupe de musique ou votre chanteur(se) préféré(e)?

R: Je suis très ouvert sur tous les style de musique ça dépend du moment et de l’endroit où je suis. Il m’arrive à l’occasion de ne rien écouter car j’aime le silence. Sans avoir de chanteurs ou de groupes préférés, j’aime beaucoup la musique du Québec et le folk des autres régions du Canada. Je trouve qu’il y a beaucoup de talent chez-nous.

À un moment lorsque je travaillais dans la région de Mont-Laurier, j’ai demeuré pendant environ un mois chez l’auteur compositeur Claude Gauthier et son épouse Suzanne. Claude est un de nos grands artistes du Québec et il a une voix incroyablement riche et juste. J’ai découvert un homme de grand talent. Il lui arrivait quelques fois, en pleine nuit de se mettre à composer et jouer du piano et j’aimais cette ambiance. 

À un autre moment, pendant quatre ans, j’ai été chauffeur pour des dizaines d’artistes lors du Festival d’été de Québec. J’ai assisté à de nombreux spectacles car je devais accompagner mes clients. En passant beaucoup de temps avec les chanteurs, nous avons souvent eu de bonnes discussions et j’ai pu comprendre la démarche personnelle que certains ont eue pour en arriver à choisir un environnement musical et cela me faisait encore plus apprécier ces musiques. Je me rappelle d’un groupe de métal dont la plupart des membres ont évolué longtemps dans la musique classique.

J’ai élargi mes connaissances en musique folk, classique, baroque, métal, etc.… et j’ai eu en cadeau de nombreux CD.

Q: Quelle est votre marque de voiture? Quel est votre endroit préféré pour rouler dans la Beauce?

R: Ma voiture est une Hyundai Santa Fe. Les endroits sont nombreux en Beauce où j’aime rouler et contempler le paysage. Pour n’en nommer quelque endroits comme par exemple la route entre Saint-Georges et Vallée-Jonction en passant par le chemin du coté ouest le long de la rivière. La région de Frampton est très belle, particulièrement la route de Frampton vers Sainte-Marguerite. De Scott vers Saint-Bernard. De Saint-Georges vers Saint-Martin. Et j’en passe…

Q: Avez-vous un animal de compagnie? Si oui, quel est son nom?

R: Je ne possède aucun animal de compagnie mais j’aime les animaux. Enfant, j’ai eu un chien et c’est là que j’ai découvert mes vives réactions allergiques et nous avons dû donner notre chien. Mes allergies sont encore présentes mais moins fortes.

Mes enfants aiment les animaux et mon plus jeune souhaite particulièrement avoir un chien. Alors comme j’aime mon fils et je sais qu’il saura bien s’en occuper, je devrai éventuellement trouver une solution pour qu’il puisse combler son désir. Heureusement, mes enfants ne sont pas allergiques. Je n’accepte pas que des gens violentent et manquent de respect envers les animaux. 

*Nous avons décidé de présenter les candidats en ordre alphabétique. Après Maxime Bernier hier, suivrons cette semaine Daniel Royer, Stéphane Trudel et Adam Veilleux.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires