Josée Lachance: s’amuser à se dépasser

Photo de Hubert Lapointe
Par Hubert Lapointe
Josée Lachance: s’amuser à se dépasser
Josée Lachance n'est pas peu fière d'avoir atteint la quatrième position, lors des Championnats nationaux de fitness. (Photo : Zoom image pros)

SAINTE-MARIE. L’athlète de fitness Josée Lachance continue d’impressionner. En effet, la Mariveraine de 44 ans a participé il y a quelques mois à deux grandes compétitions, d’où elle est revenue triomphante.

Josée Lachance a remporté la première position lors de la Classique Naturelle Mike Clément. (Photo Zoom image pros)

La première est la Classique Naturelle Mike Clément, tenue le 11 septembre dernier à Vaudreuil-Dorion, où elle a remporté la médaille d’or. « Je m’étais mis beaucoup de pression. Je désirais obtenir un bon classement. Je me suis inscrite très peu de temps avant la date de la compétition, car je doutais personnellement de ma condition. On a souvent peur de ne pas être prêt, mais finalement, ça s’est bien déroulé! », a-t-elle raconté.

Cette première position lui a permis de se qualifier pour les Championnats nationaux, soit la Natural Canada Pro Qualifier. L’événement a eu lieu le 27 novembre à Toronto. Cette fois, elle a atteint la quatrième place. Il faut savoir que Mme Lachance est inscrite dans la catégorie Bikini master (35 ans et plus). « C’était ma première expérience dans une compétition de ce niveau, alors même si j’étais très excitée d’y participer, j’étais aussi nerveuse, car le calibre y est plus élevé. Ça peut sembler étrange, mais je suis plus fière de ma quatrième place aux nationaux que de plusieurs premières positions que j’ai faites dans le passé », dit-elle.

Par ailleurs, elle a soulevé que la nervosité était à son comble tout au long de la compétition. « Je suis en mesure de constater, à l’aide des photos et vidéos reçues, que mon stress a paru dans mon  »posing » sur scène, et que ça a désavantagé mon physique. Évidemment, j’ai encore besoin de beaucoup d’heures d’entraînement devant moi pour élever mon physique à un niveau supérieur. La majorité des compétitrices à ce niveau sont des entraîneuses elles-mêmes. Je m’intéresse à certaines sur les réseaux sociaux depuis des années. Alors, de me retrouver parmi elles est toute une fierté pour moi, et d’y revenir avec la quatrième place l’est d’autant plus, surtout quand on passe 40 heures par semaine devant un ordinateur et non dans un gym. Pour moi, c’est une passion et non une profession », de poursuivre celle qui est également conceptrice à l’ingénierie chez Prevost à Sainte-Claire.

Beaucoup de travail

Dans le même ordre d’idées, elle a indiqué que la préparation demeure la partie la plus difficile, car plusieurs mois avant une compétition, elle doit intensifier les entraînements, se pratiquer, toujours bien s’étirer… le tout en étant affamée. « Les hormones nous jouent des tours, le sommeil est moins bon, le moral aussi, alors il faut s’accrocher à notre objectif et avoir un bon entraîneur. Est-ce que ça en vaut la peine? Bien évidemment, c’est extraordinaire d’aller au bout de ses limites! »

Naturellement, Josée Lachance espère participer de nouveau aux Championnats nationaux en 2022. « D’une compétition à l’autre, je ne sais pas si ce sera ma dernière, parce que c’est très difficile physiquement et mentalement. Puis, une fois la compétition terminée, cette adrénaline me manque et j’ai juste hâte de recommencer. Quand je reçois mes photos de compétition et que je constate tout le progrès que j’ai fait en une saison de compétition, c’est très motivant. Je ne pourrais pas retourner en arrière. Souvent, les gens se découragent quand ils n’observent pas de changements après un mois d’entraînement, alors qu’on met des années à construire un corps. […] Je retournerai aux nationaux en 2022 si tout se passe bien. J’ai bien l’intention d’y apporter une condition encore meilleure! »

Quant à son entraîneur Hugues Lacroix, il n’avait que de bons mots envers sa protégée. « Malgré toutes les contraintes que la pandémie crée au sein du sport amateur, Josée continue sa progression et tire son épingle du jeu. […] Le plus impressionnant je dirais, est qu’elle se distingue dans toutes les fédérations. Elle pourrait se limiter à une, mais non, ce n’est pas dans son tempérament! Elle s’amuse et va au bout de ses limites à chaque compétition. Elle n’est pas du genre à s’assoir sur ses lauriers. Elle se pousse à l’entraînement chaque jour pour améliorer ses points faibles. »

Josée Lachance, à gauche, en compagnie des autres finalistes des Championnats nationaux de fitness. (Photo Zoom image pros)
Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires