Le Rocket défait le Crunch 4-1 et prend les commandes de la série

Alexis Bélanger-Champagne, La Presse Canadienne
Le Rocket défait le Crunch 4-1 et prend les commandes de la série

LAVAL, Qc — Le Rocket de Laval a évité le piège de se laisser emporter par ses émotions lors du premier match de séries éliminatoires à domicile de son histoire.

Cédric Paquette a rompu l’égalité quelques instants après avoir provoqué un contact qui a mené à l’annulation d’un but des siens en troisième période et le club-école du Canadien de Montréal a défait le Crunch de Syracuse 4-1, jeudi à la Place Bell, lors du troisième match de leur série demi-finale de la section Nord.

La foule était en furie après la décision des arbitres d’annuler un but de Xavier Ouellet, mais les joueurs du Rocket ont réussi à contrôler leurs émotions et Paquette s’est racheté quelques minutes plus tard.

«Notre équipe a parfois tendance à perdre le contrôle. Ce soir, nous sommes restés calmes et l’objectif était de trouver un moyen de marquer le but suivant», a dit l’entraîneur-chef du Rocket, Jean-François Houle.

Le Rocket est donc aux commandes 2-1 dans la série au meilleur de cinq rencontres. Le quatrième match sera présenté samedi après-midi à la Place Bell. 

«La foule a été extraordinaire, dès l’échauffement. Ils (les spectateurs) étaient tous en blanc. C’était impressionnant», a souligné l’attaquant du Rocket Jean-Sébastien Dea. 

«C’est spécial de jouer dans cette atmosphère.»

Si un match ultime est nécessaire, il aura lieu mardi, à Syracuse.

Les deux équipes n’ont pas concédé beaucoup d’espace à l’adversaire au cours de la rencontre. Malgré des hauts et des bas, c’est finalement l’avantage numérique du Rocket qui a fait la différence, avec une efficacité de 2-en-7.

«On ne se le cachera pas, c’était une catastrophe pour notre unité, a dit Dea en revenant sur les ennuis en avantage numérique du Rocket pendant de longs moments au cours du match. Nous n’étions pas capables de rentrer dans la zone. Des fois, il faut juste revenir à la base. Nous avons changé nos entrées de zone.

«Nous avons montré notre force de caractère et nous avons été récompensés.»

Le Crunch n’a pas été en mesure de profiter de ses deux occasions en attaque massive.

Danick Martel a également marqué en avantage numérique pour le Rocket, tandis que Dea et Louie Belpedio ont fourni des buts d’assurance dans un filet désert en fin de rencontre. Cayden Primeau a repoussé 22 tirs.

Remi Elie a répliqué pour le Crunch. Maxime Lagacé a effectué 23 arrêts.

Aucun changement n’avait été apporté aux deux formations. Le Rocket jouait donc à 11 attaquants et sept défenseurs lors d’une deuxième partie consécutive.

À force d’essayer

Le Rocket a vite ouvert la marque après 2:43 de jeu, profitant de son premier avantage numérique de la rencontre. Martel a fait bouger les cordages grâce à un tir sur réception après une passe transversale parfaite de Sami Niku.

Le Crunch a presque joué de chance après un peu plus de huit minutes de jeu. Le tir de Fredrik Claesson a dévié contre Cole Koekpe devant le filet, puis sur le patin du défenseur du Rocket Tobie Paquette-Bisson. Primeau a dû étendre le bâton contre la glace pour empêcher le disque de franchir la ligne des buts.

Le Rocket a bénéficié de trois autres avantages numériques avant la fin de la première période, mais il a souvent eu de la difficulté à s’installer en territoire adverse. Dea est celui qui est passé le plus près de creuser l’écart, mais il a atteint le poteau.

Alex Barré-Boulet est passé tout près de créer l’égalité avec un peu plus d’une minute à faire en première période. L’attaquant du Crunch est parti du coin de la patinoire et a foncé vers le filet du Rocket. Barré-Boulet a réussi à faire glisser la rondelle entre les jambières de Primeau, mais la rondelle a atteint le poteau, puis a donné contre le patin droit de Primeau avant d’être balayée hors de danger.

Le Rocket a attaqué à deux contre un tôt en deuxième période, mais Paquette s’est buté à Lagacé. Darren Raddysh a récupéré la rondelle et a réussi une longue passe jusqu’à Elie, qui s’est échappé. Le franco-ontarien a battu Primeau à 4:49 en décochant un puissant lancer frappé.

Les tirs au but n’ont pas été nombreux lors des 40 premières minutes de jeu. Le Rocket avait l’avantage 14-10 à ce chapitre après deux périodes.

Barré-Boulet a contré la plus belle occasion du Rocket lors du deuxième vingt, plongeant pour couper une passe de Dea vers Teasdale lors d’une attaque à deux contre le gardien.

Xavier Ouellet est parvenu à déjouer Lagacé après quelque six minutes de jeu en troisième période. Cependant, les arbitres ont immédiatement annulé le but, jugeant que Paquette avait nui au travail du gardien du Crunch.

Dans les secondes de jeu suivantes, Barré-Boulet a atteint le poteau à la gauche de Primeau.

Le Rocket a finalement repris les devants lors de son septième avantage numérique de la rencontre. Paquette a habilement fait dévier le tir-passe de Dea dans l’objectif, à 8:49.

Même s’il n’a pas toujours semblé en confiance devant son filet, Primeau a réussi à fermer la porte au Crunch en fin de rencontre. 

Dea a permis aux partisans de commencer à célébrer en marquant dans un filet désert avec 1:42 à écouler au cadran. Belpedio a aussi marqué dans un filet désert en fin de match avec 20 secondes à faire.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires