Le Rocket défait le Crunch 3-2 et crée l’égalité dans la série

La Presse Canadienne

SYRACUSE, N.Y. — Brandon Gignac était l’un des nombreux joueurs du Rocket de Laval à ne jamais avoir participé aux séries dans les rangs professionnels. Il a réussi à faire sa marque, samedi à l’Upstate Medical University Arena, et la formation lavalloise peut rentrer chez elle avec la satisfaction du devoir accompli.

Gignac a rompu l’égalité tard en troisième période et le club-école du Canadien de Montréal a défait le Crunch de Syracuse 3-2, lors du deuxième match de leur demi-finale de la section Nord.

Le Rocket a ainsi créé l’égalité 1-1 dans la série au meilleur de cinq rencontres. Les troisième et quatrième parties seront présentées jeudi et samedi à la Place Bell.

«C’était notre but d’aller chercher une victoire à l’étranger, a reconnu l’attaquant du Rocket Gabriel Bourque. Ç’a été difficile ce soir. Ils jouent bien de l’autre côté, mais les gars se sont tenus et nous avons obtenu une grosse victoire.»

Gignac, dont le dernier match de séries remontait au printemps 2017 avec les Cataractes de Shawinigan dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, a inscrit le but vainqueur avec 1:47 à faire en temps réglementaire. Il s’est fait oublier derrière la défensive du Crunch et a dû s’y prendre à deux reprises pour faire bouger les cordages.

«Au début, j’ai eu peur que le gardien réussisse l’arrêt, a raconté Gignac. Sur le rebond, il fallait que je vise la lucarne. Je suis vraiment content!»

Après avoir commis plusieurs erreurs en défensive lors du premier match, qu’il a perdu 5-3, le Rocket s’est racheté avec une performance beaucoup plus convaincante dans son territoire, samedi. Et quand le Crunch a cogné à la porte, Cayden Primeau a été solide.

Primeau a effectué 37 arrêts. 

«Il a été calme et confiant. Il a joué un super bon match, a dit Bourque au sujet de Primeau. Je suis content pour lui. Il nous a aidés à gagner.»

Le vétéran Kevin Poulin lui avait été préféré pour la première rencontre de la série.

«Le fait de regarder le premier match m’a permis de comprendre à quoi ressemble le hockey de séries, a affirmé Primeau. Le Crunch a joué du hockey de séries durant toute la saison. Ça nous avait bien préparés. C’est une équipe amusante à affronter.»

Alex Belzile et Jesse Ylönen ont également touché la cible pour le Rocket, qui participe aux séries éliminatoires de la Ligue américaine de hockey pour une première fois en cinq ans d’existence. 

Simon Ryfors et Daniel Walcott ont répliqué pour le Crunch, tandis que Maxime Lagacé a repoussé 25 tirs.

Après avoir inscrit deux buts en avantage numérique la veille, le Crunch a été blanchi en cinq occasions lors du deuxième match. Pour sa part, le Rocket a été 1-en-4, samedi.

Le défenseur Mattias Norlinder et l’attaquant Devante Smith-Pelly avaient aussi été insérés dans la formation du Rocket, en relève aux attaquants Lucas Condotta et Jean-Christophe Beaudin. C’est donc dire que l’entraîneur-chef Jean-François Houle comptait sur 11 attaquants et sept défenseurs.

Primeau à la hauteur

Le Crunch a lancé les hostilités en marquant après 5:37 de jeu. Ryfors a fait dévier un tir de Ryan Jones derrière Primeau.

L’équipe locale est revenue à la charge dans les minutes suivantes, mais s’est butée à Primeau.

Les bons coups d’épaule ont été nombreux par la suite, tout comme les mêlées. Cédric Paquette y est allé d’une souplesse arrière contre Walcott, tandis que Pierre-Cédric Labrie a sonné le défenseur du Rocket Corey Schueneman.

Le Rocket a créé l’égalité avec 2:27 à faire au premier vingt, lors d’un avantage numérique. Ylönen a fait mouche grâce à un puissant tir sur réception.

Walcott a ensuite été envoyé brièvement au pays des rêves en encaissant un bon coup d’épaule de Louie Belpedio, mais l’attaquant du Crunch est resté dans le match.

Le Crunch a connu de bons moments au retour de l’entracte, mais Primeau a fermé la porte.

Le Rocket a finalement pris les devants à 6:27, quand Belzile a reçu une passe parfaite dans l’enclave de la part de son rival Remi Elie. Belzile a enchaîné avec une belle feinte, puis un tir précis du revers.

Danick Martel a raté un filet ouvert pour le Rocket dès la reprise, puis les visiteurs ont bombardé la cage de Lagacé.

Le gardien du Crunch a cependant été intraitable. Lagacé a frustré Belpedio pendant un avantage numérique du Rocket, puis a réussi un arrêt spectaculaire avec sa mitaine aux dépens d’Ylönen.

Le Crunch a repris tranquillement son élan. Primeau a dû être alerte pour stopper Anthony Richard en échappée en infériorité numérique. Le gardien du Rocket a aussi étiré la jambière droite pour réussir un arrêt difficile contre Cole Koepke tard en deuxième période.

Le Rocket a limité les chances du Crunch en troisième période jusqu’à ce que Walcott crée l’égalité avec 7:20 à faire en temps réglementaire. L’agitateur du Crunch a profité d’un retour après une poussée de Gabriel Fortier suivant un revirement en zone neutre.

Le Crunch a obtenu une belle occasion de fermer les livres avant la prolongation quand Ylönen a été puni pour bâton élevé avec moins de cinq minutes à écouler, mais Primeau a fermé la porte.

Gignac a ensuite joué les héros et il a permis au Rocket de voler l’avantage de la patinoire au Crunch.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires