Les vents violents du printemps au Québec et en Ontario ont coûté un milliard de $

Mia Rabson, La Presse Canadienne
Les vents violents du printemps au Québec et en Ontario ont coûté un milliard de $

OTTAWA — Les factures de réparation des vents violents qui ont frappé le sud de l’Ontario et l’ouest du Québec en mai dépassent maintenant le milliard de dollars et, les entrepreneurs étant à bout de souffle, la reprise se prolongera bien au-delà de l’été prochain.

Alors que les équipes d’après sinistre font face à un autre travail de restauration colossal à la suite de la tempête post-tropicale Fiona dans les provinces de l’Atlantique, les entrepreneurs qui interviennent lorsque Mère Nature se met en colère ne peuvent pas suivre.

Kyle Douglas, copropriétaire de la société de sous-traitance de services après sinistre CRCS DKI à Oshawa, en Ontario, a accordé une entrevue cette semaine, une journée où il était entre des réunions pour savoir s’il avait des équipes ou de l’équipement qu’il pouvait envoyer au Canada atlantique et des négociations avec une entreprise qui se spécialise dans la réservation d’hébergement et de voyage pour des travailleurs de reprise après sinistre.

«Nous avons certainement constaté une augmentation de la fréquence des événements météorologiques, les »cats » c’est comme ça que nous les appelons dans notre industrie», a déclaré M. Douglas.

« Cats » est l’abréviation d’événements catastrophiques. M. Douglas a déclaré qu’il n’est pas rare que les équipes d’après sinistre passent d’un événement à l’autre. Après qu’une inondation majeure a frappé Calgary fin juin en 2013, l’industrie s’est mobilisée pour se rendre en Alberta pour être rappelée un mois plus tard, alors que le centre-ville de Toronto était sous l’eau.

M. Douglas a affirmé que cela se produisait plus souvent.

«C’est quelque chose que nous devons comprendre à coup sûr», a-t-il déclaré.

On pense que Fiona est la tempête la plus violente à n’avoir jamais frappé le Canada atlantique. La ligne droite de vents violents qui a frappé l’Ontario et le Québec le 21 mai n’était pas la tempête de vent la plus intense au Canada, mais c’était la première fois qu’une tempête de cette ampleur balayait le corridor le plus densément peuplé du pays.

Appelée derecho, la tempête a commencé autour de Sarnia, en Ontario, et a parcouru plus de 1000 kilomètres jusqu’à Québec en neuf heures. Il en est résulté au moins quatre tornades confirmées et de multiples rafales descendantes avec des vents atteignant 195 km/h.

Au moins 11 personnes ont perdu la vie, principalement par des chutes d’arbres, la tempête ayant pris beaucoup de gens par surprise au milieu d’un beau samedi après-midi du long week-end de mai.

Les coûts continuent de grimper 

Les frais de recouvrement continuent d’augmenter. Le Bureau d’assurance du Canada a déclaré que les pertes couvertes dépasseront les 875 millions de dollars, ce qui en fait la sixième tempête la plus coûteuse pour les compagnies d’assurance de l’histoire du Canada.

Elle a touché plus de 15 millions de personnes et environ 1,1 million de foyers ont perdu l’électricité. Plus de la moitié des clients d’Hydro Ottawa ont été privés d’électricité et il a fallu plus de deux semaines pour rétablir le courant.

Le service public a estimé avoir dépensé environ 30 millions de dollars pour réparer le réseau, mais un porte-parole a précisé qu’il y avait encore des «vulnérabilités» dans le système. Le service public a indiqué avoir eu plus de 1000 pannes de courant uniques et avoir dû remplacer 400 poteaux électriques.

Hydro-Québec a déclaré que les dommages de la tempête derecho à son réseau électrique ont coûté 70 millions de dollars, ce qui comprend le remplacement de 1125 poteaux électriques, 400 transformateurs et 40 kilomètres de lignes électriques.

Hydro One, qui compte plus de 1,4 million de clients dans les régions rurales de l’Ontario, a signalé avoir réparé des pannes pour plus de 760 000 clients, remplacé 2500 poteaux et 500 transformateurs, mais n’a pas encore associé de coût direct à la tempête.

La ville d’Ottawa affirme que sa facture associée à la tempête s’élève à environ 20 millions de dollars. Ce montant comprend les dommages aux bâtiments municipaux, le remplacement de 175 feux de circulation et 650 panneaux de signalisation. En septembre, les équipes ont retiré 450 souches d’arbres déracinées de la propriété de la ville, mais il en restait plus de 2000 à faire.

Il existe également des réparations individuelles qui ne sont pas prises en compte dans ces coûts. Par exemple une réparation de cinq à huit millions de dollars de l’édifice patrimonial et du hangar près de l’aéroport d’Ottawa, qui sert à accueillir des dignitaires étrangers. Les Forces armées canadiennes ont déclaré qu’il pourrait s’écouler jusqu’à deux ans avant que les réparations finales ne soient terminées, bien que des réparations temporaires aient permis la réouverture d’une partie du bâtiment la semaine dernière.

Les autres factures signalées à ce jour en Ontario comprennent 1,5 million de dollars de la ville de Kitchener et 3,3 millions de dollars de Peterborough.

Le maire d’Uxbridge, en Ontario, Dave Barton, a déclaré que sa municipalité additionnait toujours les coûts. La petite municipalité d’Uxbridge, d’environ 21 000 habitants et située à environ 70 kilomètres au nord-est de Toronto, a subi le plus gros des dégâts causés par le derecho, tout comme la ville d’Ottawa. 

M. Barton a déclaré que la reprise «commence à se concrétiser», bien qu’une église locale et plusieurs immeubles d’habitation aient été si gravement endommagés qu’il faudra beaucoup de temps avant qu’ils ne soient restaurés.

M. Douglas a fait savoir que son entreprise avait consacré environ 100 jours aux réparations d’urgence à Uxbridge, mais qu’elle était déjà occupée jusqu’à l’été prochain pour effectuer les réparations finales de tous les dommages causés aux toits.

Il a indiqué que l’effort de relance était entravé par les mêmes problèmes de chaîne d’approvisionnement et les pénuries de main-d’œuvre dont souffre tout le pays, mais il ne comptait pas sur le bagage émotionnel qui l’accompagne.

«Tout le monde se remet encore de la gueule de bois de la COVID, et donc les émotions sont très fortes», a-t-il déclaré. «Les propriétaires de maison et d’entreprise ont eu une année assez difficile de fermeture, d’ordre de rester à la maison, de réouverture, de fermeture, de renvoi à la maison – puis leur entreprise ou leur maison a été détruite. Donc, d’un point de vue émotionnel, c’est probablement l’événement le plus difficile que nous ayons eu à gérer dans l’histoire de notre entreprise.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires