Les candidats discutent agriculture

Les candidats discutent agriculture

C’est dans un décor bucolique que s’est déroulé le débat.

Crédit photo : Beauce Média - André Boutin

ÉLECTIONS.   > Le beau temps aidant, c’est à l’extérieur que quatre candidats ont débattu au soleil sur le thème de l’agriculture, le mercredi 12 septembre, aux Fruits de la colline de Sainte-Marie.

Pierre-Luc Daigle (PLQ), Daniel Perron (PQ), Samuel Poulin (CAQ) et Diane Vincent (QS) ont accepté l’invitation de «La relève agricole de la Chaudière-Appalaches» (LARACA) pour venir présenter les points de vue de leurs partis politiques respectifs.

Tous ont mentionné l’importance de l’agriculture dans notre région et la nécessité d’appuyer la relève agricole. «L’agriculture, on en parlera jamais trop», a indiqué Samuel Poulin d’entrée de jeu, ce à quoi Pierre-Luc Daigle a ajouté que «l’agriculture ne doit pas devenir un marché de locataires».

D’ailleurs, les candidats de la CAQ et du PLQ ont été les plus volubiles durant les débats, se lançant parfois des pointes bien senties. «Le Parti libéral n’a rien fait au cours des quinze dernières années», a lancé Poulin. «Faux, nous avons annoncé un plan de soutien aux investissements en agriculture de 195 M$» a rétorqué le candidat libéral.

Daniel Perron a fait sourire les autres panélistes et les spectateurs en terminant chacune de ses interventions avec un «n’oubliez pas, l’agriculture est inscrite dans l’ADN du Parti Québécois». D’ailleurs, chaque fois que le représentant du PQ mentionnait que tout serait plus simple si le Québec était souverain, Samuel Poulin lui rappelait que, lui, était fier d’être Canadien.

Parmi les éléments apportés par la candidate de Québec Solidaire, elle a indiqué que son parti allait adopter une politique de souveraineté et de sécurité alimentaires, et qu’il allait mettre en place des mesures pour permettre aux agriculteurs de prendre des congés et des vacances.

Autres sujets

De nombreux sujets ont été abordés tout au long du débat. Il a été question de la forte croissance de la valeur des terres agricoles, des sociétés d’investissement, tel que Pangea, qui achètent des terres sans les exploiter, du taux des taxes foncières, de l’impossibilité de transformer des boisées en champs, des milieux humides et bien d’autres. Autant de sujets qui nuisent à la production agricole et à l’implantation d’une relève vigoureuse.

Les quatre candidats ont pu présenter leurs solutions et ont tous mentionné que s’ils sont élus, ils feront de l’agriculture leur priorité.

À noter également la présence des candidats de Beauce-Nord, Myriam Taschereau (PLQ) et Luc Provençal (CAQ) qui sont venus assister au débat.

Poster un Commentaire

avatar