L’eau potable serait en cause à Saint-Bernard

L’eau potable serait en cause à Saint-Bernard

Bien qu’on n’ait pas retrouvé de <@Ri> campylobacter<@$p> dans l’eau de la municipalité, la Santé publique que le réseau municipal demeure à risque.

Crédit photo : Beauce Média – André Boutin

SANTÉ.  > L’enquête de l’Institut national de santé publique du Québec et de la Direction de santé publique de Chaudière-Appalaches révèle que l’eau de la municipalité serait la cause de l’éclosion d’infection vécue à Saint-Bernard à l’été 2018.

Rappelons qu’en juillet, la Direction de santé publique a été alertée par un nombre anormalement élevé de cas de gastroentérite chez les citoyens de Saint-Bernard. Parmi les personnes malades, neuf ont reçu un diagnostic d’infection à campylobacter, dont plusieurs enfants. Cette infection est une maladie à déclaration obligatoire auprès des laboratoires.

Les investigations réalisées au cours des dernières semaines démontrent une vulnérabilité du réseau d’eau potable puisque différents contaminants y ont été décelés par moment. Même si le campylobacter n’a pas été retrouvé dans l’eau, ceci peut s’expliquer par le fait qu’il y survit peu longtemps. Toutefois, ajoute le rapport, il importe de souligner que dans la majorité des cas de ce genre d’éclosion, il n’est pas possible de retrouver cette bactérie dans l’eau.

L’enquête indique qu’il n’existe aucun autre lien commun que l’eau entre les personnes malades. Les aspects liés à l’alimentation, la consommation de produits crus ou peu cuits, le contact avec des animaux de compagnie, de ferme ou sauvages et la fréquentation de lieux ou d’événements ont été évalués. Les personnes qui consommaient l’eau de la municipalité avaient 18 fois plus de risques de présenter une infection.

L’importance de faire bouillir l’eau

Compte tenu de la vulnérabilité du système d’eau potable, l’avis d’ébullition demeure en vigueur. « Il est important que les citoyens fassent bouillir l’eau, car la fiabilité du réseau n’est pas garantie et de telles situations pourraient se reproduire. L’avis d’ébullition demeurera en vigueur jusqu’à ce que la sécurité du réseau soit assurée », mentionne le Dr René Veillette, médecin-conseil à la Direction de santé publique.

Au cours des dernières semaines, la municipalité de Saint-Bernard a réalisé différentes interventions pour évaluer et sécuriser son système de distribution d’eau potable. Le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques évalue actuellement les interventions réalisées et déterminera, en collaboration avec la santé publique, si le réseau est sécurisé pour procéder à la levée de l’avis d’ébullition.

Poster un Commentaire

avatar