L’arroseur arrosé… par mémé!

L’arroseur arrosé… par mémé!

Jusqu'où une famille peut-elle aller pour hériter? La Foulée des Planches est allée chercher une réponse extrême!

Crédit photo : Beauce Média – Hubert Lapointe

THÉÂTRE. Le jour de son 90e anniversaire, grand-mère n’a toujours pas de testament, ce qui agace ses deux petites-filles et leur famille. Afin de gagner son cœur… et son portefeuille, l’une jouera la parfaite, l’autre incarnera la miséreuse. Est-ce que leurs sentiments sont sincères? Rien de tel que simuler sa propre mort pour le savoir!

C’était brièvement le tableau de la pièce « Grand-mère se meurt, grand-mère est morte », présentée par la troupe La Foulée des Planches du 12 au 14 avril dernier au Centre Caztel de Sainte-Marie.

« C’est un sujet actuel. Une maison intergénérationnelle, un testament. […] Les comédiens ont offert un spectacle solide. Ils ont joué honnêtement, ils ont joué avec leur cœur, ils ont respecté le public. Le rythme a été maintenu », est satisfaite la metteure en scène Émilie Doyon.

Notons que dans les trois soirs des représentations, la douzaine de comédiens amateurs impliqués ont su attirer quelque 250 spectateurs. De plus, si le texte écrit par André Bonsang était le douzième défi de la troupe depuis ses débuts, il était surtout le tout premier de la nouvelle administration.

« Les gens ont repris ça en main, ils ne connaissent pas tout », a affirmé Johanne Vachon, membre de La Foulée des Planches. Elle ajoute que le travail acharné des derniers mois a permis à l’organisme de poursuivre sa mission, soit permettre à tout un chacun de pouvoir « fouler les planches » au moins une fois, tout en amusant le public avec un bon spectacle.

Poster un Commentaire

avatar