«Jamais abandonné, avoir du fun et toujours travailler»

«Jamais abandonné, avoir du fun et toujours travailler»

Samy Paré, originaire de Saints-Anges, a été recruté dans la LHJMQ et les Chevaliers de Lévis.

Crédit photo : Photo – gracieuseté

HOCKEY. Le parcours du joueur de hockey midget AAA Samy Paré de Saints-Anges

«J’ai commencé très jeune. C’est mon père qui m’a montré à patiner et à jouer au hockey», raconte Samy Paré.

Beauce Média s’est entretenu avec lui, lors d’une des dernières pratiques de l’année 2017 des Chevaliers de Lévis. Il était de retour, avec son équipe, du Challenge CCM de Gatineau, où tous les espoirs étaient permis. Les Chevaliers ont perdu en finale 3-2 contre les Élites de Jonquière. Malgré cette défaite crève-cœur, Samy Paré s’est illustré lors du tournoi en comptant trois buts.

Des 27 matchs de cette saison. Il a compté neuf buts et 14 assistances. Ce qui le place au sixième rang des pointeurs de son équipe.

Son parcours

L’intérêt de Samy Paré pour le hockey est né à la patinoire de Frampton, il y a plusieurs années. «Je devais avoir 3 ou 4 ans.»

Il a par la suite joint un programme MAHG (pré-novice) à l’âge de 4 ou 5 ans. «J’avais un certain talent quand j’étais jeune. J’étais un compteur», ajoute-t-il.

C’est seulement à sa deuxième année pee-wee, avec les Élites de Beauce-Appalaches, que Samy Paré a pris conscience qu’il pourrait encore progresser plus loin dans le perfectionnement de son sport.

«Je fais beaucoup de sport, mais le hockey est celui que j’aime le plus parce que tu es avec tes amis et tu as du plaisir sur la glace», commente le joueur.

Cet été, les événements se sont bousculés. Le Drakkar de Baie-Comeau de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) l’a sélectionné, lors du camp des recrues au Saguenay. C’est aussi cet automne qu’il a joint les Chevaliers de Lévis.

Hockey professionnel

Espère-t-il se rendre encore plus loin? «Je ne pense pas trop à ça. J’y vais étape par étape. Je vais mettre les efforts pour que cela arrive. Je ne veux pas m’enfler la tête», dit Samy Paré.

Il consacre de 15 à 20 heures par semaine à son entraînement en salle et sur la glace, en plus d’aller à l’École Pointe-Lévy. Il vit bien avec le fait d’habiter en pension à Lévis. Samy Paré appréhende aussi avec beaucoup d’aplomb sa nouvelle réalité qui l’amènera plus souvent vers la Côte-Nord.

Les parents du jeune homme l’encouragent en se déplaçant le plus souvent qu’ils peuvent aux matchs de leur fils. La fin de semaine, la majorité du temps,  il revient à Saints-Anges dans sa famille.

«J’ai un frère plus jeune que moi, en secondaire un. Je pense qu’il me voit un peu comme un modèle, car il vient souvent à mes matchs et on est tout de même proche», dit le jeune hockeyeur.

La question qui tue: quelle équipe préfère-t-il dans la Ligue nationale de hockey? «J’aime Tampa Bay. Ils ont des joueurs de talents et ils ont une équipe qui travaille», répond Samy Paré.

Samy Paré, attaquant gauche des Chevaliers de Lévis