« J’ai d’la misère, oh calvaire »

« J’ai d’la misère, oh calvaire »

La Chicane s'est « réconciliée »!

Crédit photo : Les Productions Belcanto

MUSIQUE. Quelques mots et nous avons la chanson en tête. Pour y remédier, il suffit de venir chanter le 16 février prochain, alors que le groupe La Chicane sera de passage à la salle Méchatigan de Sainte-Marie avec le spectacle « 20 ans déjà ».

Au cours de la soirée, les admirateurs pourront évidemment applaudir les plus grands succès de La Chicane, mais également les chansons qui ont fait connaître Boom Desjardins, Dany Bédard et plus récemment Yanik Boivin dans leurs carrières solos. C’est d’ailleurs ce dernier qui assurera la première partie du spectacle, afin de présenter les chansons de son album « Hey! » sorti le 17 novembre dernier.

« Ce sera des chansons que les gens connaissent. Ils ne les ont pas oubliées. C’est que du plaisir! », a affirmé Boom Desjardins.

Il faut mentionner que la tournée a débuté au cours de l’été dernier. La formation a alors parcouru pas moins de 21 000 kilomètres afin d’offrir 34 spectacles entre les mois de juin et de septembre. « On ne peut pas demander mieux. On a battu des records de foules dans les festivals. C’était un de mes plus beaux étés », a-t-il continué, heureux de voir que les parents faisaient encore découvrir leurs anciens succès à leurs enfants. « La Chicane, ça a traversé le temps! »

De plus, leur visite a tellement été appréciée que les responsables de ces événements ont sans attendre ajouté La Chicane à leur programmation de 2018 et même de 2019. « On se laisse aller par la vague. On se rappelle d’où l’on vient et ça fait du bien de renouer avec des salles pleines. On se considère bien chanceux. »

Pour en être, les billets sont en vente au coût unitaire de 39 $. Ils sont disponibles à la billetterie d’Ovascène, au 418 387-2200, ou encore via le https://ovascene.ticketacces.net.

Il est possible d’en savoir davantage en consultant le http://lachicane.ca.

Yanik Boivin s’occupera aussi de la première partie du spectacle.

Crédit: Jean-Charles Labarre