Dîner de la femme: trois parcours, une réalité?

Dîner de la femme: trois parcours, une réalité?

Sarah Deschesne, France Proulx et Anne Vaillancourt.

Crédit photo : Beauce Média – Hubert Lapointe

AFFAIRES. Sarah Deschesne de chez Blanchette Vachon, Anne Vaillancourt de chez Promutuel Chaudière-Appalaches et France Proulx des Galeries de la Chaudière étaient les trois panélistes lors du traditionnel Dîner de la femme de la Chambre de commerce et d’industrie Nouvelle-Beauce (CCINB). Tenu le jeudi 8 mars dernier à La cache à Maxime de Scott, l’événement a permis à 166 convives d’entendre les réalités différentes, mais néanmoins similaires de ces trois femmes d’affaires.

Le principe était le suivant: les animateurs Normand Hainse (RH Cabinet Conseil), Jean-François Routhier (O101,5) et Nico Leclerc (Atelier De Mecanique J L Leclerc & Fils) posaient des questions aux conférencières, qui y répondaient ensuite tour à tour.

Notamment, les trois invitées ont confirmé que les réseaux sociaux sont aujourd’hui des incontournables en affaires, que leur famille garde une place privilégiée dans leur vie et que garder un équilibre entre le travail et la vie personnelle est très important.

Sarah Deschesne, France Proulx et Anne Vaillancourt.

De plus, elles ont toutes trois appris à se dépasser, à se montrer créative devant l’adversité et à lâcher-prise devant des situations difficiles. « C’est juste nous qui nous mettons nos limites », a affirmé Mme Deschesne. « Si on n’amène pas de solution, on fait partie du problème. Il faut miser sur l’intelligence des gens. Travailler en collectif peut nous mener beaucoup plus loin qu’on pensait », de soulever Mme Proulx. « Il faut faire confiance à la vie. Quand une porte se ferme, une fenêtre s’ouvre », a appuyé Mme Vaillancourt.

Enfin, elles comprennent toutes les avantages de se doter d’un bon réseau de contacts, croient en l’achat local et à la rétention de la main-d’œuvre, et devinent que l’égalité homme-femme en affaires a fait beaucoup de chemin, mais que la victoire n’est pas encore acquise.

« Je pense qu’on va revenir avec une formule panel l’année prochaine. […] On voit que la présence des femmes en affaires passe par leur confiance en elles, et peut-être qu’instinctivement, on n’élève pas un garçon de la même façon qu’on élève une fille. Il faut apprendre à lever la main et dire: “Ce poste-là, je le veux!” », a prononcé Nancy Labbé, directrice générale de la CCINB.

Mme Labbé a profité de l’occasion pour inviter ses membres aux prochaines activités de la Chambre, à savoir le Gala des Perséides (21 avril – Centre Caztel – Sainte-Marie) et l’assemblée générale annuelle (28 juin – La Broche à Foin – Scott).

Cent soixante-six personnes ont participé au Dîner de la femme.
Normand Hainse, Jean-François Routhier et Nico Leclerc.

Poster un Commentaire

avatar