Boucar Diouf vous mène en bateau

Boucar Diouf vous mène en bateau

Les spectateurs de la Méchatigan ont fait un fabuleux voyage avec Boucar Diouf.

Crédit photo : Beauce Média - André Boutin

SPECTACLE.   > A bord de son voilier imaginaire, Boucar Diouf a parcouru avec les spectateurs de la salle Méchatigan, samedi soir, un fabuleux voyage tout en humour le long du fleuve Saint-Laurent.

En plusieurs escales, de Gaspé à Montréal, en passant par Tadoussac, Québec et bien d’autres, l’humoriste nous amène dans son univers rempli d’anecdotes personnelles. Il nous parle de son arrivée à Rimouski en 1991, de son apprentissage du froid, du choc culturel face au langage particulier des Québécois et, bien sûr, de son grand-père dont il parsème son spectacle de citations savoureuses.

Le génie de Boucar Diouf est d’insuffler à son public des connaissances et de le conscientiser sur l’avenir de la planète sans qu’il s’en rende compte, tout en humour. Sans le savoir, les spectateurs sortent du spectacle un peu plus intelligent qu’à leur entrée.

Pour lui, la richesse du Québec n’est pas le pétrole, mais bel et bien l’eau potable dont on ne prend pas assez soin. Et il est un fervent détracteur des climatoseptiques, à ne pas confondre avec les clitoriseptiques dont il explique la différence d’ailleurs! Il souhaite que les plus jeunes sauront réparer ce qui a été gâché par leurs parents.

Diouf nous explique également que les vaches, les cochons, les poules et bien d’autres espèces sont des étrangers au Québec puisqu’aucun d’entre eux ne vivait ici lorsque Jacques Cartier est arrivé. « Si aujourd’hui ils sont tous devenus des « pures laines », pourquoi n’en serait-il pas ainsi des Africains, des Arabes et des Chinois dans quelques années», demande-t-il.

Donc, une bien belle soirée en compagnie de Boucar. Si vous l’avez manqué, sachez qu’il y aura une supplémentaire à la Méchatigan, mais il vous faudra être patient, car ce sera en octobre 2019! Malgré tout, dépêchez-vous d’acheter vos billets puisqu’ils sont déjà en vente sur le site d’Ovascène.

Poster un Commentaire

avatar