Couvent des Oblates de Béthanie: les discussions pourront commencer le 20 octobre

Couvent des Oblates de Béthanie: les discussions pourront commencer le 20 octobre

L'ancien Couvent des Oblates de Béthanie sera-t-il déclaré bâtiment patrimonial?

Crédit photo : Beauce Média – Hubert Lapointe

SAINTE-MARIE. Le projet de la firme Gestion TRI de transformer l’ancien Couvent des Oblates de Béthanie à Sainte-Marie en deux immeubles à logements est loin de faire l’unanimité. Une quinzaine de citoyens sont venus exprimer leurs inquiétudes lors de la séance du conseil municipal du mardi 9 octobre dernier.

Rappelons que la Ville avait autorisé la démolition du « Château Beauce » à sa réunion du mois dernier mais, après une lettre envoyée par Guillaume St-Jean et Charles Breton-Demeule au ministère de la Culture et des Communications, ce dernier disposait de 30 jours pour évaluer la valeur historique et architecturale de la bâtisse. La réponse gouvernementale est attendue pour le 20 octobre prochain.

Entre autres questionnements, les Mariverains ont souhaité vérifier l’ouverture de la Ville à développer un projet communautaire (tel que le Centre culturel Marie-Fitzbach de Saint-Georges), ou encore à retaper l’endroit afin d’offrir les locaux aux organismes, tout en permettant au promoteur de réaliser son projet dans la partie « plus moderne » des bâtiments. « Les gens seraient heureux de participer à la discussion », de soulever l’un d’eux, pendant qu’un autre évoquait l’efficacité des campagnes de financement dans la région.

En assurant que la décision de la démolition n’avait pas été prise sur un coup de tête, le maire Gaétan Vachon leur a spécifié qu’il préférait attendre la décision du ministère avant d’émettre la moindre hypothèse. « Je ne voudrais pas biaiser la décision. […] On va prendre le temps de réanalyser le dossier à tête reposée, mais tout a un coût. Je ne voudrais pas que l’on se retrouve avec un éléphant blanc. […] Ça nous fait de quoi, mais c’est un choix qu’on doit faire », dit-il.

M. Vachon sait aussi que la Société Alzheimer Chaudière-Appalaches, propriétaire du couvent, travaillait depuis quatre ans sur son projet de maison de soins pour les personnes atteintes de cette maladie, mais que les dépenses attachées à la remise en état du couvent étaient trop importantes. Ce faisant, l’organisme a décidé de chercher un autre terrain pour construire son Centre, et Gestion TRI serait la seule entreprise qui se serait présentée avec un plan « concret ». Un citoyen présent a d’ailleurs tenu à féliciter les élus pour leur travail de soutien envers la Société.

En soulignant à nouveau les coûts exorbitants que représenterait la sauvegarde de l’immeuble, M. le maire a toutefois invité les citoyens à donner leur nom à la sortie de la salle afin qu’ils soient contactés lorsque le ministère aura rendu sa décision. « Aussitôt que nous aurons la réponse, nous mettrons carte sur table », promet-il.

Poster un Commentaire

avatar