Riches de préjugés envers la pauvreté

Photo de Hubert Lapointe
Par Hubert Lapointe
Riches de préjugés envers la pauvreté
Les membres du comité organisateur.

Pauvreté et exclusion sociale ont le dos large. Les membres du Groupe de Réflexion et d’Action sur la Lutte à la Pauvreté (GRAP) ont fait le point sur la situation le jeudi 29 octobre dernier au Centre Caztel de Sainte-Marie. Une cinquantaine de représentants de différents milieux y ont pris part à la première édition du Déjeuner 100 préjugés.

:« Tout le monde est coupable de préjugés, car tout le monde a sa vision de la pauvreté », a déclaré Luce Lacroix, directrice générale de la Maison de la Famille Nouvelle-Beauce et animatrice du déjeuner. Entre autres éléments de sensibilisation, Mme Lacroix a informé qu’au Québec en 2011, 10,7 % de la population vivait sous le seuil de la pauvreté, ce qui représente environ 842 000 personnes.

Sur le terrain

Afin de faire prendre conscience de la réalité de plusieurs, le GRAP a mis au défi deux femmes d’affaires de la région. Elles devaient réaliser une épicerie d’une semaine pour une famille de quatre, mais avec un budget de 100 $. Gros défi.

« Au début, je choisissais les menus selon mon inspiration, mais je me suis vite rendu compte que je devais choisir selon les circulaires. C’était beaucoup de planification et ça fait réfléchir », a commenté Line Breton, vice-présidente aux ressources humaines chez Breton Tradition 1944. Mme Breton lève ainsi son chapeau aux familles qui doivent jongler avec le même problème toutes les semaines.

« C’était bien l’fun, mais je me suis dit: "je n’y arriverai pas". J’ai dû retirer une boîte de céréales et une livre de carottes. Ça a coûté 98 $ et je n’avais pas de savon, pas de papier hygiénique… Pour une semaine ça va, mais c’est quelque chose qu’il faut prévoir », a soulevé pour sa part Chantal Baribeau, directrice générale de la station de radio FM 101,5.

Afin d’alimenter la réflexion, les invités ont eu la chance de visionner le documentaire « Coupable de préjuger? », qui expose les difficultés vécues en silence par des milliers d’individus. Notamment, on y entend que Moisson Beauce vient en aide à plus de 10 000 personnes tous les mois et que ce nombre est en constante augmentation.

L’événement s’est conclu à micros ouverts, pour les gens de l’assistance qui avaient un commentaire ou un récit à partager.

 

Pour en savoir davantage à propos du GRAP de Chaudière-Appalaches, contactez Maude Dutil au 418 835-3806 poste 3331 ou à maude_dutil@ssss.gouv.qc.ca.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires