Des horloges grand-père miniatures conçues par un Beauceron

Des horloges grand-père miniatures conçues par un Beauceron

Chaque horloge comprend plusieurs pièces fabriquées précisément avec une scie à chantourner.

Crédit photo : L'Éclaireur-Progrès - Frédéric Desjardins

CULTURE. > Les horloges grand-père représentent un élément du passé encore frais dans nos mémoires. Le sculpteur sur bois François Drouin, natif de Saint-Joseph, fait un travail magistral en les ressuscitant sous forme miniaturisée.

«Lorsque j’étais enfant, je me faisais souvent garder par ma grand-mère Zéline. Il y avait dans son salon, sur le coin du piano, une petite horloge grand-père que mon grand-père Adélard avait fabriquée. Je la trouvais belle, sans réaliser à quel point c’était tout un artiste», se souvient-il.

François Drouin sculpte des objets et portraits depuis 1983, mais c’est seulement en 2015 qu’il inclut la conception de ce type d’horloge dans sa vision artistique. Utilisant le bouleau et le chêne dans la fabrication, il construit les horloges selon ses propres plans ou ceux des acheteurs.

«Avec ma scie à chantourner allemande, je découpe chaque petite planche en suivant les motifs du dessin collé sur le bois. Ça demande une très grande précision, en plus de donner beaucoup de pièces à coller. Il faut aussi s’assurer que l’horloge à piles peut s’insérer et se retirer facilement du trou central», explique ce dernier.

Les horloges mesurent généralement entre 14 et 32 pouces en hauteur, comparativement à six pieds (72 pouces) pour une véritable horloge grand-père. «Je termine toujours mon travail avec un lustrage du bois. Quand les gens voient les horloges, c’est juste un gros wow. J’ai trouvé une niche qui n’était pas du tout exploitée dans la sculpture», confirme M. Drouin.

Écrivain et historien

Au-delà de la sculpture, des Beaucerons connaissent François Drouin pour son écriture et l’amour envers l’histoire de sa région natale. À compte d’auteur, il a publié une vingtaine d’ouvrages, dont trois livres sur l’histoire de Sainte-Marie, les fascicules Événements Beaucerons ainsi que Les mines d’or en Beauce.

«En ce moment, je conçois les résumés de procès-verbaux des villes de Saint-Georges (1872-1907) et Beauceville (1864-1904). Les villes et sociétés historiques les rendront disponibles sur leur site web ou en version papier. Mes autres livres peuvent être consultées dans les bibliothèques», mentionne François Drouin.

Celui-ci sera présent au 34e Salon des Artistes et Artisans de Beauce au centre culturel Marie-Fitzbach à Saint-Georges. L’accès sera gratuit ce vendredi de 13h à 20h30, ainsi que samedi et dimanche de 9h30 à 17h.

Pour ses projets horlogers, on peut joindre l’artiste sur la page Facebook Horloges François Drouin. À noter qu’il donnera des cours en sculpture dès janvier à Saint-Georges et Sainte-Marie, en collaboration avec la Commission scolaire de la Beauce-Etchemin (CSBE).

 

Poster un Commentaire

avatar