Des libéraux responsables de l’inflation  

Photo de Frederic Desjardins
Par Frederic Desjardins
Des libéraux responsables de l’inflation  
Richard Lehoux a fait de la pénurie de main-d'œuvre l'un de ses principaux chevaux de bataille.  (Photo : (Photo gracieuseté - Christian Diotte))

Le gouvernement fédéral a déposé sa mise à jour économique le 14 décembre. Richard Lehoux, député conservateur de Beauce, dénonce l’absence de mesures pour faire face à l’inflation et la pénurie de main-d’œuvre grandissante. 

« Il faut remonter aux années 1980 pour vivre une situation inflationniste aussi grave. Les libéraux provoquent cette inflation en ne contrôlant pas leurs dépenses et en refusant de revenir plus tôt à l’équilibre budgétaire », dénonce M. Lehoux. 

En Beauce, 68 % des entreprises manquent d’employés selon le député. Richard Lehoux martèle qu’il faut accélérer le traitement des demandes d’immigration pour pallier ce manque de main-d’œuvre. Les problèmes de communication entre les ministères pénaliseraient également les entreprises. 

« Plus de travailleurs aideraient à répondre à la demande des chaînes d’approvisionnement et stabiliseraient notre économie. Le Parti libéral veut injecter 85 M$ le printemps prochain pour réduire les délais en immigration, mais on fait quoi en attendant ? », se questionne-t-il. 

COVID-19

Au travers de nouvelles dépenses totalisant 8,1 G$ sur cinq ans, Ottawa injectera une partie de ces fonds dans la lutte à la COVID-19. Cela passe notamment par l’achat de tests de dépistage rapide, la ventilation dans les bâtiments, ainsi que des aides financières aux entreprises et particuliers.

« Il faut offrir du soutien, mais dans des mesures mieux encadrées. Ça ne doit pas être du mur-à-mur, même si le variant Omicron cause toujours des inquiétudes », indique Richard Lehoux. 

Ayant contracté la COVID-19 en novembre, le député beauceron a respecté les règles d’isolement. « J’ai eu des symptômes légers. Ça aurait été pire sans mes deux vaccins. Je vais avoir ma troisième dose dès que possible », confirme Richard Lehoux, qui invite ses concitoyens à se faire vacciner.  

Courte session 

Échelonnée du 22 novembre au 17 décembre, la session parlementaire automnale n’a duré que quatre semaines. Malgré tout, Richard Lehoux dit que son travail et celui de ses collègues conservateurs ont fait avancer plusieurs dossiers. 

« De retour d’une élection inutile et coûteuse, les députés ont demandé des comptes au gouvernement sur le coût de la vie qui ne cesse d’augmenter, la crise du logement, la pénurie de main-d’œuvre, l’inflation galopante, l’importance de sécuriser nos frontières et de produire nos équipements médicaux », indique ce dernier. 

Le Parti conservateur a également facilité l’adoption du projet de loi C-4 visant la criminalisation des thérapies de conversion. « Pour les conservateurs, il n’est pas question d’obliger qui que ce soit à changer qui il est véritablement. Tout le monde mérite d’être traité avec dignité et respect », affirme Richard Lehoux.

Les députés retourneront à la Chambre des communes le 31 janvier. « C’est le temps d’adresser les enjeux qui ont de réels impacts dans la vie quotidienne des gens, comme le coût de la vie. Il faut que Justin Trudeau arrive avec un plan crédible. Nous continuerons de le talonner jusqu’à ce qu’il le fasse », conclut le député de Beauce.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires