Élections municipales: qui restera, qui partira?

Éric Gourde et Hubert Lapointe
Élections municipales: qui restera, qui partira?
Plusieurs salles de conseils municipaux verront apparaître de nouveaux visages cet automne. (Photo : Beauce Média - Archives)

ÉLECTIONS. Le 7 novembre prochain sonnera l’heure du départ pour plusieurs maires et mairesses de la région, tandis que d’autres décideront de renouveler leur implication municipale. En termes de gestion, ces départs sont-ils une source de stress ou une occasion de se réinventer? Un peu des deux…

En effet, le verre semble à moitié vide pour Jacques Bussières, directeur général de la MRC Robert-Cliche. « C’est difficile pour un directeur général ou d’autres fonctionnaires municipaux, car ce sont des gens que l’on apprend à connaitre et à apprécier. Quand plusieurs nouvelles personnes arrivent, il y a toujours une période d’adaptation pour les nouveaux », a-t-il informé.

Il faut savoir qu’à cette heure, au moins quatre des 10 maires ont déjà indiqué qu’ils ne comptaient pas de représenter aux prochaines élections municipales, à savoir Martin Nadeau (Saint-Frédéric), Pierre Gilbert (Saint-Joseph-de-Beauce), Ghislaine Doyon (Saint-Jules) et Jean-Paul Cloutier (Saint-Séverin).

« D’autres personnes pourront apporter leur façon de voir. La pandémie, l’âge, la lourdeur de la tâche et autres raisons personnelles à chacun peuvent expliquer ces départs. Ça peut être ingrat la politique municipale. Les critiques sont sévères par moment et de plus en plus nombreuses avec l’arrivée des réseaux sociaux. Ça peut devenir difficile à la longue. Cette année, on sent que ce sera une année où il y aura de nombreux départs partout en province », devine M. Bussières.

Pendant ce temps, en Nouvelle-Beauce, nous savons déjà qu’André Gagnon (Saint-Bernard), Réal Bisson (Vallée-Jonction) et Jacques Soucy (Frampton) quitteront leur fonction, alors que Clément Marcoux (Scott) et Gaétan Vachon (Sainte-Marie) solliciteront un nouveau mandat.

En tant que préfet de la MRC de La Nouvelle-Beauce, M. Vachon sait qu’il est de coutume de voir trois ou quatre maires passer le flambeau. « Il y a une rotation qui se fait, et c’est correct », dit-il.

Et en tant que maire, il dit avoir beaucoup occupé ses deux dernières années à faire des demandes de subventions. Il a donc décidé de remettre son nom sur la table une troisième fois, afin de voir les projets se concrétiser.

« Ça serait bête d’arrêter maintenant », a-t-il affirmé, en ce qui le concerne.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires