Maxime Bernier demeurera en politique malgré la défaite

Photo de Sébastien Roy
Par Sébastien Roy
Maxime Bernier demeurera en politique malgré la défaite
(Photo : L'Éclaireur-Progrès - Sébastien Roy)

ÉLECTIONS. > Pour la première fois en 13 ans, ce ne sera pas Maxime Bernier qui représentera les Beaucerons à la Chambre des communes.

Le chef du Parti populaire du Canada (PPC) a été défait par Richard Lehoux, récoltant un peu plus de 28 % des votes contre près de 39 % pour le représentant du Parti conservateur du Canada.

Lors de son allocution devant ses partisans et les médias, M. Bernier a affirmé respecter le choix des électeurs: «Aujourd’hui, les Beaucerons ont décidé d’accorder leur confiance à quelqu’un d’autre. J’accepte avec humilité et je félicite le nouveau député de Beauce, M. Lehoux.»

L’ancien député de blâmer qui que ce soit pour sa défaite. «C’est certains que les producteurs sous la gestion de l’offre voulaient conserver leurs privilèges et ma position a peut-être fait en sorte qu’ils n’ont pas voté pour nous. Nous voulions leur permettre d’exporter. Nous avions dit que nous rachèterions leurs quotas. Nous voulions offrir une liberté de choix aux consommateurs. […] Ils préféraient garder le statu quo et je le comprends. C’est dans la nature humaine de vouloir conserver ses privilèges», a-t-il affirmé.

Outre cette position, M. Bernier prévoit analyser la campagne. Il se dit tout de même fier d’avoir mené une «campagne d’idées et une campagne propre», a-t-il soutenu, précisant qu’il ne changerait rien à sa campagne.

Il a également souligné le travail des 315 candidats qui se sont présentés sous la bannière du PPC, dont au moins une dizaine d’entre eux étaient présents au rassemblement. «Ils ont fait preuve d’un courage et d’une passion extraordinaire et remarquable en défendant nos principes et nos valeurs. Ils l’ont faits malgré des attaques honteuses de la part de nos opposants», a déclaré M. Bernier.

Il a ajouté que les candidats du PPC ont jeté les premières bases d’un mouvement qui ne fait que commencer selon lui. «Nous sommes le parti qui grandit le plus vite dans l’histoire canadienne», a-t-il affirmé, rappelant que la cheffe du Parti vert du Canada, Elizabeth May, n’avait pas été élue lors de sa première élection à la tête de son parti.

M. Bernier entend poursuivre son travail à la tête du PPC et de promouvoir les idées de son parti. «Ce n’est que le commencement pour le Parti populaire. Les problèmes que nous avons soulevés pendant la campagne ne disparaîtront pas du jour au lendemain […] et nous serons là pour critiquer le prochain gouvernement et offrir de meilleures solutions», a-t-il ajouté.

Cependant, il n’a pas confirmé qu’il se présenterait de nouveau en Beauce. «La prochaine élection aura lieu dans peut-être 18 mois, deux ans ou trois ans et, à ce moment-là, vous saurez où je serai candidat en temps et lieu», a-t-il répondu lors du point de presse.

Rappelons que lors des élections de 2015, Maxime Bernier avait récolté près de 59 % des votes alors qu’il représentait toujours la bannière conservatrice.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires