À l’école, on apprend… l’entrepreneuriat!

Photo de Hubert Lapointe
Par Hubert Lapointe
À l’école, on apprend… l’entrepreneuriat!
Étienne Gagnon, tout comme ses camarades de classe, a été initié à l’entrepreneuriat. (Photo : gracieuseté )

ÉDUCATION. Dans le cadre du programme Anglais-sport à l’école Mgr-Feuiltault de Sainte-Marie, les enseignantes de 6e année Frédérique Bernard et Karine Parent ont décidé de faire équipe et de lancer un projet de Jeunes entrepreneurs.

L’objectif du projet est de permettre aux élèves (sur une base volontaire) de vivre les différentes étapes de la mise en vente d’un produit, de son élaboration à sa distribution en passant par sa fabrication. « Nous souhaitions que les élèves se sentent valorisés à travers tout ce processus, en plus de développer leur sentiment d’appartenance au groupe d’Anglais-sport », a commenté Mme Bernard.

Plus précisément, les enseignantes ont sélectionné huit produits qui pouvaient être confectionnés par leurs 48 élèves: recettes en pot (brownies, biscuits au chocolat et soupe aux lentilles), ensemble d’étiquettes-cadeaux, de même que des tasses et des coupes à vin humoristiques.

Ensuite, chaque enfant était responsable de vendre des produits à ses proches, c’est-à-dire de les produire, de faire la distribution du catalogue, de rédiger les bons de commande, et bien sûr, d’effectuer la livraison (prévue pour le 16 décembre).

« Ça a été un franc succès! Les élèves étaient très impliqués et motivés par l’activité. Tous les jours, ils venaient me voir pour me faire un compte-rendu de leurs ventes. C’était beau de les voir aller », a-t-elle affirmé, en ajoutant que le projet a permis d’aborder différents concepts avec les jeunes, tels que les fractions, les profits et les taxes. « C’est une façon de rendre concrets les apprentissages. De plus, ils développeront différentes aptitudes qui leur seront profitables à moyen et à long terme dans toutes les sphères de leur vie: entraide, collaboration, organisation, planification, débrouillardise, persévérance, initiative, etc. »

À la fin, les profits amassés permettront aux enfants de vivre des activités ayant pour but de tisser des liens entre eux. « Les sorties sont des surprises. J’ai créé des commandes, j’ai mis des étiquettes sur les verres… J’ai hâte d’aller les distribuer à mes clients pour les remercier de m’avoir encouragé », a prononcé l’élève Étienne Gagnon.

« Le projet demande beaucoup de temps et d’énergie, mais j’estime qu’il aura un impact réel sur la perception qu’aura l’élève de l’école, mais également de ses capacités et de ses aptitudes », de conclure Frédérique Bernard.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires