L’histoire de Jacqueline Nadeau et Réginald Coulomb: Heureux ensemble

Photo de Hubert Lapointe
Par Hubert Lapointe
L’histoire de Jacqueline Nadeau et Réginald Coulomb: Heureux ensemble
Jacqueline Nadeau et Réginald Coulomb sont mariés depuis 52 ans. (Photo : Beauce Média - Hubert Lapointe)

Le 16 septembre 1944 a vu le jour Jacqueline Nadeau à Saint-Séverin. Quatre mois plus tard, soit le 21 janvier 1945, venait au monde à Saint-Isidore celui qui deviendrait un jour son mari: Réginald Coulomb.

Leur rencontre remonte à un soir de décembre 1966 à l’Auberge La Chaudière de Scott. Mme Nadeau travaillait alors à l’usine Vachon à Sainte-Marie et avait décidé de sortir avec des collègues de travail. Pour sa part, M. Coulomb, qui travaillait pour un cultivateur de patates, était là par hasard. « Je n’étais pas supposé aller veiller. J’étais supposé aller me coucher, mais mon cousin avait insisté », se souvient-il.

En mai 1969, ils achètent une ferme à Saint-Isidore. Le 1er septembre de la même année, ils se marient. De leur union sont nées trois filles et beaucoup de souvenirs… « Il y avait de l’ouvrage aux deux places: dehors puis en-dedans! », s’est amusé Jacqueline Nadeau.

Elle-même la benjamine de trois enfants et son époux étant le 10e d’une famille de 12 marmots, il va sans dire que les réunions de famille n’étaient pas de tout repos…

« Ça faisait des grosses fêtes, ça jouait aux cartes, ça jouait de la “musique à bouche”, moi, j’ai joué de l’accordéon, ça jouait des tours… C’était le bon temps! On sortait toutes les semaines pour voir notre famille. Ça faisait des belles soirées. Aujourd’hui, ce sont les ordinateurs, les tablettes… Nous, on n’avait pas ça, mais on était heureux quand même », se souvient-elle, en ajoutant qu’ils suivent maintenant des cours pour apprendre à utiliser les nouvelles technologies.

« On s’amusait plus avant qu’aujourd’hui. On jouait aux cartes, on se racontait des histoires, on prenait un verre… », d’appuyer Réginald Coulomb.

De la ferme au Château

La ferme du couple comptait une trentaine de vaches, autant de porcs, de même qu’une terre à bois. « Il y avait toujours quelque chose à faire. Je ne me suis pas ennuyé, je n’ai pas eu le temps! C’était plus des journées de 12 heures que de 8 heures d’ouvrage, mais le bois, j’y allais pour relaxer. Des fois, j’arrêtais mon tracteur, je regardais les arbres et je m’endormais », dit-il. « Sa machinerie était propre, il l’entretenait comme un char! », de plaisanter son épouse.

Il y a environ deux ans, le couple vendait la ferme, avant d’emménager au Château Sainte-Marie. « Ce n’était plus payant. Ça aurait pris nos chèques de pension pour faire vivre les animaux », d’expliquer M. Coulomb.

De nos jours, avec la pandémie, l’un et l’autre étaient d’accord pour dire qu’ils sont chanceux de pouvoir continuer de vivre ensemble. « On est en santé, ça va bien », a lancé Jacqueline Nadeau. « À venir jusqu’à date… », de s’amuser son mari.

Le secret de leur vie à deux? Vivre et laisser vivre, et accepter les choses qu’on ne peut changer. Mentionnons que leurs filles leur ont donné quatre petits-enfants, qu’ils adorent éperdument. « Le plus important, c’est la famille. », de conclure Mme Nadeau.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Micheline proulx
Micheline proulx
13 jours

Félicitations