Saint-Joseph: la réouverture du pont repoussée au printemps

Eric Gourde  redaction@beaucemedia.ca

Saint-Joseph: la réouverture du pont repoussée au printemps
Les travailleurs ont cessé leur travail, les échafaudages étant jugés non-sécuritaires. (Photo : Beauce Média - Éric Gourde)

TRANSPORT. Le pont surplombant la rivière Chaudière à Saint-Joseph ne sera finalement pas accessible avant le printemps, alors qu’il devait être réparé à temps pour la période des fêtes.

Alors que les travaux en cours devaient se terminer  vers le 21 décembre prochain, ceux-ci nécessiteraient au minimum trois mois additionnels, après la découverte de certaines pièces importantes visiblement trop désuètes.

 « Ce n’est pas parce qu’il y a tant de pièces à remplacer, mais surtout qu’il faut les préparer avant de les installer. Il y a aussi une installation d’isolation à penser pour les travailleurs qui eux, devront travailler au cours de l’hiver », résume sommairement Jeannot Roy, maire de Saint-Joseph-des-Érables, mis au fait par le ministère des Transports, responsable du pont.

Le retard serait surtout causé par la découverte d’autres pièces visiblement altérées par le temps. « C’était connu pour certaines pièces qu’elles étaient à remplacer, mais les longerons, qui sont des pièces perpendiculaires à la voie, le sont davantage que prévu. Les travailleurs ne travaillent pas actuellement justement parce que ces longerons, qui supportent les échafaudages, sont jugés non sécuritaires. C’est pour cette raison que l’équipe est en arrêt, pour refaire l’échafaudage, parce ce n’est pas sécuritaire », précise-t-il.

Déception

Il va sans dire que le maire Roy est déçu de cette situation qui a déjà trop duré, selon lui. « Le ministère ne nous donne pas de date officielle, pour éviter de créer des attentes. On sait toutefois que ce sera au printemps. Il vise une réouverture avant la crue des eaux. Les citoyens jugent déjà qu’il est inacceptable qu’ils doivent faire un détour, présentement. C’était déjà inacceptable d’avoir à attendre aux fêtes. Imaginez ce que devoir prolonger le délai cause comme inconvénients. »

Ce dernier se dit face à une situation incontournable et que des travaux sur un nouveau pont auraient dû être réalisés avant. Il s’explique d’ailleurs mal que l’on doive investir autant sur une infrastructure complètement désuète.  « Le pont est en décrépitude. On doit aujourd’hui investir plusieurs millions sur une vieille carcasse. Personne, d’une façon personnelle, ne tolèrerait d’avoir quelquechose d’aussi désuet et d’investir autant pour le conserver. Personne ne fait ça ou ne se serait rendu là. C’est un réflexe naturel de dire que ça ne vaut plus la peine d’investir et de passer à une étape suivante. »

Rappelons que la capacité portante du pont était passée de 28 à 5 tonnes il y a plusieurs mois en raison de son état actuel. Les travaux doivent permettre de lever les restrictions en vigueur.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Annick
Annick
1 mois

Et pour nous sa implique plus long de trajet donc plus cher d’essence est-ce qu’on va être dédommager pour ça ?

Claude dulac
Claude dulac
1 mois

Bonne question à poser à un des 2 candidats à la mairie de St-Joseph (qui ont eu 2 mandats comme conseillers) par un journaliste résident de la petite montagne(près de la terre de rêve) et aux journalistes de Beauce media. Allard l’avait promis depuis 40 ans et il devait de faire près de la route de la fromagerie car il était déja vétusse.Comme pour creuser la rivière, un CPE de plus, une résidence des ainées publique. La CAQ est là depuis 3 ans pour Ste-Marie et oublie St-Joseph .C’est une décision politique qui n’a pas été prise. Revoyons les promesses électorales des 12 dernières années à chaque élection et pas d’argent demandé aux conservateurs du canada de Bernier et de son successeur malgré une brève apparition de l’homme au chapeau ontarien a St-joseph