Une carrière en ébullition

Hubert Lapointe
redaction@beaucemedia.ca

Une carrière en ébullition
Arnaud Vachon. (Photo : - Sarah Mongeau-Birkett)

TÉLÉVISION. Si vous ne connaissiez pas encore le comédien Arnaud Vachon de Saint-Isidore, sachez qu’il ne vous restera plus inconnu bien longtemps, car le jeune homme a un emploi du temps très chargé actuellement.

En effet, l’hiver prochain, il tiendra un rôle récurrent dans la série « L’homme qui aimait trop », laquelle sera diffusée sur la chaîne Noovo. Brièvement, on y présente la vie de Marc-Alexandre (Patrice Godin) qui partage son temps entre trois familles. Jouant le fils des acteurs Fanny Mallette et Patrice Dubois, son personnage, Simon, sera un garçon à problème dont la relation père-fils sera appelée à évoluer au fil des épisodes.

« Sur le plateau, on tourne en continu. Il y a peu de temps de pause. C’est nouveau pour moi, mais je m’adapte de plus en plus à cette manière de faire. […] Pendant tout le tournage, le réalisateur nous demande de chuchoter. Ça amène une ambiance différente que sur d’autres plateaux et dans la série, on ressent cette ambiance-là », a-t-il raconté.

À son avis, la série, bien écrite, devrait aussi très bien s’écouter. « Je pense que le résultat va être excellent, parce que l’histoire est connue et peut arriver dans la vie. Le but n’est pas de rendre le personnage principal méchant. Il est bon, mais pas nécessairement de la bonne façon », a-t-il avancé.

Avant cela, il sera possible d’apercevoir le Beauceron dans un épisode de la série « Léo » de Fabien Cloutier. La seule information qu’Arnaud Vachon a voulu dévoiler est que son personnage s’appellera Valentin. Tout le reste demeurera une surprise jusqu’à la diffusion, cet automne.

Enfin, en novembre débutera le tournage d’une autre série, où Arnaud Vachon tiendra encore une fois un rôle de premier plan. Les détails seront connus ultérieurement.

« Je travaille fort et je récolte ce que j’ai semé. Je suis reconnaissant de tout ce qui se passe », a-t-il soufflé, en spécifiant avoir déménagé à Montréal en juillet dernier afin de se rapprocher des plateaux de tournage…

Le Club Vinland

Mentionnons que depuis quelques semaines, il est possible de revoir « Le Club Vinland » au cinéma. Ce faisant, le Beauceron a enfin pu prendre part à trois activités « tapis rouge » au début du mois d’août, à savoir à Montréal, à Québec et à Gatineau.

« Le public aime le film. C’est un film que n’importe qui qui l’écoute va ressentir des émotions différentes, et faire des liens avec sa personne et son passé différent, mais je pense que dans tous les cas, c’est un film réconfortant qui amène le sourire », a-t-il souligné.

Il faut rappeler qu’en raison de la pandémie, la production, d’abord lancée en avril 2020, était sortie des salles pour revenir momentanément un an plus tard, avant de déserter une fois de plus les cinémas.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires