Richard Lehoux entre dans le ring

Photo de Hubert Lapointe
Par Hubert Lapointe
Richard Lehoux entre dans le ring
Le candidat conservateur Richard Lehoux. (Photo : Beauce Média – Hubert Lapointe)

ÉLECTIONS. Le député sortant et candidat pour le Parti conservateur dans la circonscription de Beauce, Richard Lehoux, a lancé officiellement sa campagne électorale ce lundi à Saint-Joseph-de-Beauce.

Prêt à en débattre avec ses adversaires, M. Lehoux a déjà identifié les principaux enjeux des prochaines élections. Le premier est la pénurie de main-d’œuvre.

« Depuis leur arrivée au pouvoir, les libéraux n’ont rien fait pour améliorer la situation », déplore-t-il. Ainsi, M. Lehoux a soulevé qu’un gouvernement conservateur simplifierait les demandes des travailleurs étrangers et en raccourcirait les délais. « La main-d’œuvre étrangère n’est plus un choix, mais une nécessité. […] Nous allons donner plus de pouvoir en immigration au Québec. »

Dans le même ordre d’idées, il est d’avis que les aînés qui souhaitent travailler ne doivent pas être punis avec une diminution de leur fonds de pension, alors que l’accès à Internet haute vitesse doit absolument s’accélérer partout au pays. « J’ai un message pour M. Trudeau. La Beauce, on n’est pas des citoyens de seconde classe », a-t-il lancé, en ajoutant que son parti s’est engagé à ce que l’ensemble du Canada ait accès à Internet haute vitesse d’ici 2025.

L’agriculture est un autre cheval de bataille qu’il entend continuer d’appuyer avec un second mandat. « Je veux défendre la gestion de l’offre et donner une voix aux agriculteurs. […] Je souhaite aussi la mise en place du projet de loi C-208 afin d’aider au transfert des entreprises familiales. »

En ce qui concerne ses principaux adversaires, Richard Lehoux juge que Maxime Bernier semble bâtir sa campagne sur la crise sanitaire, mais en oubliant qu’il y aura un « après ». Quant à l’équipe du Parti libéral, il considère « particulier » que le premier ministre Justin Trudeau soit à ce point à la recherche d’idées alors qu’il a lui-même déclenché les élections. « Pourquoi il ne s’est pas servi du gouvernement minoritaire pour écouter les partis de l’opposition? », s’est-il questionné.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires