Grève chez Olymel: on s’approche, on s’éloigne

Eric Gourde 
redaction@beaucemedia.ca

Grève chez Olymel: on s’approche, on s’éloigne
Le conflit perdure chez Olymel à Vallée-Jonction, les deux clans étant loin de partager la même vision. (Photo : Beauce Média - Archives)

Deux autres séances intenses de négociation entre la partie patronale et le syndicat des travailleurs de l’usine Olymel de Vallée-Jonction n’ont pas permis de dénouer l’impasse entre les deux parties.

Des rencontres ont eu lieu jusque tard dans la nuit lundi et mardi, sauf que trois points demeurent en litige, explique le président du syndicat, Martin Maurice, soit les horaires de travail, la durée de la convention et les salaires. « On s’approche sur les salaires, sauf que l’employeur souhaite maintenant une convention collective de sept ans tandis que nous demandons trois ans au départ et cinq ans ensuite. Il n’est pas question qu’on s’embarque à nouveau dans un contrat de sept ans. »

Premier vice-président de l’entreprise, Paul Beauchamp estime que les parties se sont rapprochées au cours des dernières semaines, même si le dossier perdure dans le temps. « Si on regarde où nous étions le 2 juillet et où nous sommes aujourd’hui, on s’est rapproché beaucoup. Par rapport à la liste d’éléments qu’on avait avant, on avance et le ton est demeuré bon. Maintenant, il y a toujours trois points à régler et ils sont importants. »

L’employeur proposerait une hausse appréciable des salaires, particulièrement au cours des deux premières années, mais souhaiterait en contrepartie une convention plus longue, pour atténuer ses investissements dans le temps. « On a réussi à trouver plus d’argent et proposer 2 $ de plus la première année, 1 $ additionnel la 2e année, pour un total de 5,70 $ pour la durée de la convention. On voulait corriger pour avoir plus d’attraction et de rétention en investissant plus au début, sauf qu’on se doit de les amortir dans le temps », relate M. Beauchamp.

Un réaménagement des horaires de travail est aussi en litige, alors que les propositions tournent autour de quarts de travail de 10 heures sur quatre jours/semaines, autant pour les quarts de jour que de soir. « La paix industrielle à Vallée-Jonction est importante pour nous. Revenir trop souvent à échéance a causé des choses difficiles dans le passé. Quand on se présente à la table, on se présente pour négocier et non pour déposer des demandes qui seront acceptées d’emblée. Si on accorde un bénéfice à un endroit, on s’attend à une contrepartie. »

Martin Maurice ajoute qu’aucune autre rencontre n’est à l’agenda, pour le moment. Toutefois, puisque de nouveaux débouchés pour les porcs en attente semblent pointer à l’horizon, l’élément devient une variable indéniable dans le conflit. « C’est peut-être la raison qui explique qu’Olymel ne semble pas pressé de régler. On verra quand les conciliateurs vont nous convoquer. »

De son côté, Paul Beauchamp estime que les négociations auraient pu se poursuivre cette semaine. « C’est le syndicat qui a quitté la table la nuit dernière. On aurait pu y passer la semaine. Nous serons prêts le moment venu. »

De nouveaux débouchés

Par ailleurs, Louis-Philippe Roy, vice-président des Éleveurs de porcs du Québec, précise que les producteurs se retrouvent avec environ 120 000 porcs en attente. De nouveaux contacts ont toutefois été faits avec des partenaires américains. « On souhaite être capable de vendre des porcelets éventuellement. Il y aura une certaine attente, car il y a des délais à respecter au niveau de l’Agence d’inspection des aliments pour le transport des animaux et des vérifications avec les vétérinaires. »

M. Roy précise que des signaux encourageants sont décelables, à tout le moins. « Il n’y a pas de pertes animales ou de gaspillage alimentaire en vue. On veut empêcher ça, car l’impact sera majeur sur la production et l’acceptabilité sociale du porc est fragile. Nous ne sommes pas à un stade où on peut se le permettre. On crée de nouveaux réseaux de contacts avec de nouveaux partenaires d’affaires. Éventuellement, on espère qu’une plus grande quantité de porcelets pourra y être écoulée. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires