Saint-Jules: l’imprimerie orpheline en raison de la pandémie

Photo de Eric Gourde
Par Eric Gourde
Saint-Jules: l’imprimerie orpheline en raison de la pandémie
Les locaux de Solisco à Saint-Jules sont généralement inoccupés depuis un an maintenant. (Photo : gracieuseté)

INDUSTRIE. Le bâtiment abritant l’imprimerie Solisco à Saint-Jules (autrefois Norecob) est à peu près désert depuis l’arrivée de la pandémie de la Covid-19 dans la région.

L’entreprise ayant dû revoir sa stratégie  et s’adapter au volume d’affaires de ses partenaires, puis regrouper ses activités à son usine principale, les 51 employés présents à Saint-Jules se sont vus proposer de poursuivre leur carrière momentanément à Scott.

« Il y a encore des choses là-bas, sauf que notre stratégie a été d’opérer à pleine capacité dans une usine pour mieux contrôler l’ensemble de la production. Nous avons offert à tous nos employés de se relocaliser temporairement, sauf que certains n’ont pas accepté et on a perdu quelques employés pour cette raison.», confie Emmanuelle Hallé des communications de l’entreprise.

« Dès que nous avons des besoins, nous l’avons et sommes bien contents de l’avoir. Quand notre volume d’affaires se replacera, nous procéderons à des embauches », ajoute Mme Hallé qui insiste pour dire que l’usine fait toujours partie du plan de match chez Solisco qui avait acquis le bâtiment en 2019.

Les marchés ont naturellement évolué avec l’arrivée de la pandémie, confirme Mme Hallé, et le domaine de l’impression ne fait pas exception. «Plusieurs marchés se portent bien, particulièrement celui des envois postaux. Comme les gens sont à la maison, tannés des Zoom ou Teams et les le reste, ils délaissent de plus en plus certaines plateformes. Alors, on cherche à les rejoindre avec des pièces imprimées. Le marché du livre va bien aussi. »

On contrepartie, d’autres aspects du domaine ont ralenti, sans surprise. « On cible des gros clients, alors c’est bien d’avoir un plan de contingence et de saisir les opportunités. Nous avons des clients en tourisme, en croisière, qui sont arrêtés ou en pause, alors on doit s’adapter au marché. Il y a de bons signes pour l’automne, alors on s’accroche à la vaccination et à l’été pour que la situation se replace. »

Dans un autre d’idée, l’entreprise Solisco s’estime chanceuse d’avoir pu éviter toute éclosion majeure dans ses murs depuis le début de la pandémie, surtout que la Beauce est particulièrement touchée depuis quelques semaines. «On ne s’en vante pas, mais la Santé publique a eu de bons mots sur nos façons de faire. Les employés sont des joueurs d’équipe. Tout le monde est conscient que la Covid existe et ça facilite le travail. Certaines entreprises ont été durement touchées, mais heureusement chez nous, pour l’instant, tout va bien », indique Emmanuelle Hallé en terminant.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Cassandra
Cassandra
1 mois

Sont dombent drole eux autres, y nous ont mis dehors de st-jules et l’usine a scott manque deja d’employées…
Sont pas a veuille de nous redonner notre job de st-jules…
Sans parler qu’il transfert le materiel de st-jules vers scott et que norecob est rendu un entrepot de papier plus que d’autre chose.