La Maison-Bleue rit du sirop d’érable… et des Beaucerons !

Photo de Frederic Desjardins
Par Frederic Desjardins
La Maison-Bleue rit du sirop d’érable… et des Beaucerons !
Jacques Hamelin, président du Québec, est informé que les érables de la Société québécoise du sirop d’érable (SQDSE) ne coulent plus. (Photo : gracieuseté - Véronique Boncompagni)

Série parodique au cœur d’un Québec souverain, La Maison-Bleue possède un fil conducteur typiquement beauceron pour sa deuxième saison : le sirop d’érable. Notre région fait d’ailleurs l’objet de quelques moqueries.

« Le sirop d’érable est ancré dans notre culture. On savait que la Beauce était l’un des plus gros coins produisant du sirop. À travers l’autodérision, on veut donner une voix aux régions », explique Daniel Savoie, scénariste de la série avec Ricardo Trogi.

Dans le premier épisode, Roch Gingras, producteur de Saint-Victor, découvre des chaudières vides sur ses érables. On voit un chalumeau au-dessus de chaque chaudière… malgré la présence de tubulures ! Devant un reporter télé, il partage ses inquiétudes avec son accent bien de chez nous.

Jacques Hamelin, président du Québec, est informé que les érables de la Société québécoise du sirop d’érable (SQDSE) ne coulent plus. Dans ce Québec, le sirop est nationalisé… comme la SAQ et Loto-Québec !

Les Québécois risquent d’être privés de sirop d’érable, au point où les files d’attente s’allongent devant les succursales de la SQDSE. Pourtant, les érables coulent en Ontario et au Nouveau-Brunswick. Serait-ce un acte de sabotage du Canada… ou la faute d’un fameux virus chinois ?

« On a écrit la deuxième saison en 2019, sans savoir que la planète serait frappée par une pandémie. Nous avions pensé à ce pays en raison des histoires d’espions chinois. C’est une partie importante de l’histoire », précise Daniel Savoie.

Jacques Hamelin et Gilbert Boudreau coprésident la campagne électorale du parti Nation Québec, sous le slogan « Le Québec, c’est par là ». (Photo gracieuseté – Bertrand Calmeau)

Campagne électorale

En plein milieu de cette crise acéricole, le parti Nation Québec se prépare à la prochaine élection. Jacques Hamelin doit « composer » avec son vice-président Gilbert Boudreau, dans une campagne rappelant la coprésidence de Québec solidaire.

Questionné à la télé par André Fortin de Saint-Georges, victime des inondations de la rivière Chaudière, Boudreau fait une promesse inusitée : Nation Québec construira un barrage au pied du lac Mégantic, ajoutant que l’eau sera toujours plus basse de six pieds… en tout temps !

« Quand c’est possible, nous essayons d’inclure des éléments liés à l’actualité. Ça reste quand même une série intemporelle. La Maison-Bleue, c’est un bien-cuit où l’on rit de tout le monde », indique M. Savoie.

Opération Chalumeau

Sans dévoiler trop de détails sur la deuxième saison, nous pouvons dire que Daniel Savoie joue un rôle important lié à la sauvegarde du sirop québécois.

Avec son personnage de Thierry Turcotte, il devient l’un des maîtres d’œuvre de l’Opération Chalumeau. Cependant, ce ne sera pas facile de s’introduire en pleine nuit dans un laboratoire secret… en fauteuil roulant !

Thierry Turcotte sauvera-t-il notre sirop grâce à l’Opération Chalumeau ? (Photo gracieuseté – Bertrand Calmeau)

« C’est un rôle secondaire où je me fais plaisir. On va essayer de le ramener dans la troisième saison, qui est toujours en écriture », dit Daniel Savoie.

Vous trouvez bizarre l’idée de nationaliser le sirop d’érable ? Pourtant, le gouverneur du Saguenay veut profiter de la disparition du sirop pour lancer… la Société québécoise du bleuet ! Les Québécois accepteront-ils de délaisser l’érable pour ce petit fruit ? À suivre…

La deuxième saison de La Maison-Bleue est disponible sur le site web et l’application Tou.tv (abonnement requis). Il est possible de visionner gratuitement la première saison sur ces mêmes liens.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires