Quarantaine directement à la ferme pour les travailleurs étrangers

Photo de Frederic Desjardins
Par Frederic Desjardins
Quarantaine directement à la ferme pour les travailleurs étrangers
James Allen, président de l'UPA de la Chaudière-Appalaches (Photo : L’Éclaireur Progrès - Frédéric Desjardins)

Les travailleurs étrangers temporaires (TET), dans le secteur de l’agriculture, n’auront pas à séjourner dans un hôtel autorisé par le gouvernement fédéral. Ces derniers pourront effectuer leur quarantaine directement à la ferme.

À lire aussi :

L’Union des producteurs agricoles (UPA) préconisait cette solution, étant donné que les fermes du Québec ont vécu une expérience similaire au printemps 2020.

« Au début de la pandémie, nous avions obtenu une exception pour les TET. L’expérience a été concluante. Les producteurs avaient construit ou aménagé des installations en conséquence pour la quarantaine », affirme James Allen, président de l’UPA de la Chaudière-Appalaches.

Les TET asymptomatiques pourront se rendre directement à leur lieu de quarantaine, après avoir passé un test de dépistage de la COVID-19 à l’aéroport. Cependant, ils doivent utiliser un moyen de transport privé et être accompagnés seulement par les travailleurs ayant voyagé avec eux.

« C’est déjà quelque chose (transport) que les producteurs faisaient avant la pandémie. Pour de nombreux producteurs, ces travailleurs sont essentiels au fonctionnement de la ferme. Ce n’est plus seulement le secteur maraîcher qui profite des TET. On voit ces travailleurs dans le lait, le porc et même dans nos érablières. Le bassin de main-d’œuvre au Québec est insuffisant pour répondre à la demande », indique M. Allen.

Troisième test

Après leur quarantaine de dix jours, tous les TET doivent passer un troisième test de dépistage avant de travailler sur la ferme. Selon James Allen, ce point pourrait causer quelques maux de tête aux producteurs.

« Les TET reçoivent leur trousse de dépistage à l’aéroport. Les résultats doivent être envoyés par le web. Plusieurs fermes n’ont toutefois pas accès à l’internet haute vitesse. Remplir les détails sur le web sera aussi difficile pour les TET qui ne parlent ni le français ni l’anglais », dit James Allen.

Emploi et Développement social Canada (EDSC) a promis d’améliorer la ligne d’information des TET (1-800-622-6232), avec l’ajout d’agents en direct capables d’offrir des services dans plusieurs langues.

L’UPA de la Chaudière-Appalaches aidera aussi ses membres dans cette situation exceptionnelle. Pour toute question, visitez ptet.upa.qc.ca ou contactez Karine Phaneuf (Centre d’emploi agricole) à kphaneuf@upa.qc.ca ou au 1 888 938-3872.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires