« Le Club Vinland » est (enfin) sorti

Photo de Hubert Lapointe
Par Hubert Lapointe
« Le Club Vinland » est (enfin) sorti
Arnaud Vachon est Émile Lacombe dans « Le Club Vinland ». (Photo : Beauce Média – Hubert Lapointe)

CINÉMA. « Le Club Vinland », mettant en vedette le comédien Arnaud Vachon de Saint-Isidore, est sorti en salle le vendredi 2 avril dernier, soit presque un an jour pour jour après sa date de sortie initiale. Pour l’occasion, le jeune homme de 16 ans est venu prendre part à quelques représentations du film au Cinéma Lumière de Sainte-Marie.

« Je suis heureux de le présenter après un an d’attente. […] Merci d’encourager le cinéma québécois », a-t-il lancé en mot de bienvenue samedi après-midi. À la fin, il a bien sûr pris le temps de répondre à quelques questions de l’auditoire, notamment en ce qui a trait à la difficulté de pleurer à l’écran. Pour les curieux, il aurait pu utiliser des trucs du métier pour avoir des larmes plus facilement, mais celles qu’il est possible de voir pendant le film sont 100 % authentiques.

Arnaud Vachon.

Demeurer optimiste

Si l’acteur a souhaité prendre part à quelques représentations, c’est afin de « rendre l’expérience la plus le fun possible ». En effet, sans être amer, il demeure un peu déçu du fait qu’en raison de la pandémie, il ne connaîtra pas l’enthousiasme du tapis rouge. Qui plus est, moins de gens vont au cinéma par les temps qui courent, ce qui est triste non seulement pour lui, mais pour toutes les personnes qu’il a vues travailler très fort sur le plateau de tournage.

Toutefois, Arnaud Vachon mentionne que « Le Club Vinland » a été comparé avantageusement aux films « Les Choristes », ou encore à « La Société des poètes disparus ». Ainsi, il garde confiance que le public saura démontrer de l’intérêt.

En ce qui a trait au tapis rouge manqué, le Beauceron se console en se remémorant sa participation au Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue, qui a eu lieu du 31 octobre au 5 novembre dernier. Là, il a pu présenter le film à des vedettes québécoises telles que Ginette Reno et Robert Lepage. « C’était comme une première », est-il satisfait.

Carrière prometteuse

Conscient que ce premier grand rôle a été plus facile à obtenir, Arnaud Vachon a soulevé qu’il compense en mettant aujourd’hui les efforts nécessaires pour faire progresser sa carrière. Entre autres, il réalise actuellement beaucoup de « self-tapes », qui sont en quelque sorte des préauditions filmées à partir de la maison. Un rare avantage de la pandémie à son avis, car il peut ainsi auditionner pour des rôles sans avoir à se rendre à Montréal.

Travaillant actuellement sur un projet dont les détails doivent être tenus secrets pour le moment, en plus de « Le Club Vinland », il sera possible de voir Arnaud Vachon dans l’épisode #3 de la nouvelle série « Escouade 99 », de même que dans le film « Maria » de Mariana Mazza.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires