Grève de courte durée chez les enseignants le 14 avril

Photo de Frederic Desjardins
Par Frederic Desjardins
Grève de courte durée chez les enseignants le 14 avril
L’éducation comme priorité, au sein du gouvernement Legault, est un poisson d’avril selon la Fédération des syndicats de l’enseignement. (Photo : L’Éclaireur Progrès – Frédéric Desjardins)

Tous les enseignants du Centre de services scolaire de la Beauce-Etchemin (CSSBE) et du Centre de services scolaire de la Côte-du-Sud (CSSCS) exerceront leur droit de grève le mercredi 14 avril, de minuit à 9h30.

Les enseignants sont représentés par la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE-CSQ) et l’Association provinciale des enseignantes et enseignants du Québec (APEQ-QPAT). Cette grève implique 58 centres de services scolaire québécois.

« Ce n’est pas de gaieté de cœur que nous parlons de grève. C’est parce que les enseignants attendent des changements significatifs à leurs conditions de travail, qui sont directement liées aux conditions d’apprentissage des élèves. Le gouvernement saupoudre des mesures sans véritables moyens, alors qu’il y a un coup de barre à donner », dit Josée Scalabrini, présidente de la FSE-CSQ.

Ce principe de grève de courte durée, une première pour la FSE-CSQ, vise à perturber l’administration scolaire tout en minimisant les répercussions sur les services éducatifs. L’exercice pourrait se combiner ou s’alterner avec les grèves de jour. Les enseignants détiennent un mandat de grève de cinq jours, à être exercé au moment opportun.

Ces derniers sont sans contrat de travail depuis plus d’un an. Ils réclament des améliorations significatives dans leur quotidien, notamment par une meilleure composition des classes et des ajouts de services, un allègement de la tâche, de meilleurs salaires et moins de précarité.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires