L’acériculture en pleine ébullition dans Chaudière-Appalaches

Photo de Frederic Desjardins
Par Frederic Desjardins
L’acériculture en pleine ébullition dans Chaudière-Appalaches
En Chaudière-Appalaches, 3168 acériculteurs exploitent 18 millions d’entailles pour une valeur de production estimée à 182 M$. (Photo : gracieuseté - PPAQ)

Les températures s’élevant au-dessus du point de congélation le jour, et descendant sous zéro la nuit, permettent enfin aux acériculteurs de récolter l’eau d’érable.

Dans la province, trois des 12 régions des Producteurs et productrices acéricoles du Québec (PPAQ) sont situées en Chaudière-Appalaches.

Le secteur Appalaches-Beauce-Lotbinière regroupe la ville de Lévis et trois MRC (Appalaches, Lotbinière, Nouvelle-Beauce). On y recense 1 173 entreprises acéricoles totalisant 6,4 millions d’entailles, pour une valeur de production estimée à 65 M$.

La région Beauce rassemble les MRC Robert-Cliche, Beauce-Sartigan et Les Etchemins. Sur ce territoire, 1 066 producteurs exploitent 5,4 millions d’entailles. La valeur moyenne de production est de 54,5 M$.

Le secteur Côte-du-Sud (Bellechasse, Montmagny, L’Islet) compte 929 entreprises acéricoles. Les producteurs possèdent conjointement 6,2 millions d’entailles, la valeur de production étant de 62,5 M$.

« Dans les érablières, nos producteurs travaillent depuis le début de l’hiver pour entailler leurs érables. Ce sont près de 50 millions d’entailles qui ont été réalisées par les hommes, femmes et familles qui composent nos 7 400 entreprises acéricoles du Québec. Nous souhaitons que la récolte soit généreuse », dit Serge Beaulieu, président des PPAQ.

Francis Roy, président des Producteurs et productrices acéricoles de la Beauce (PPAB), est aussi optimiste quant à la saison 2021.

« Dans certaines érablières, c’est surtout le manque de main-d’œuvre qui cause des problèmes. Au niveau de la production en vrac (barils), COVID ou non, ça ne fait aucune différence. Ce sont surtout les propriétaires de cabanes à sucre qui souffrent de la pandémie », rappelle-t-il.

Les PPAQ soutiennent financièrement l’initiative Ma cabane à la maison, en appui aux cabanes à sucre de restauration. « Si nous sommes les grands producteurs de sirop, elles sont certes les ambassadrices de l’érable auprès du grand public », affirme M. Beaulieu.

Année record

En 2020, les PPAQ ont connu une production record de 175 millions de livres. Cette bonne nouvelle est attribuable en grande partie aux conditions météorologiques favorables.

Cette même année, le Québec rassemblait 73 % de la production mondiale de sirop d’érable. L’industrie acéricole québécoise a connu une hausse de 14 % de ses ventes et de 22 % de ses exportations par rapport à 2019.

En tout, 90 % des 131 millions de livres de sirop d’érable exportées par le Canada provenaient du Québec.

« En dix ans, nos ventes annuelles de sirop d’érable ont plus que doublé. Nous sommes fiers de voir que la vision des PPAQ contribue à l’essor de notre industrie », indique Simon Trépanier, directeur général des PPAQ.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires