D’agente de bord à technicienne en laboratoire

Photo de Serge Lamontagne
Par Serge Lamontagne
D’agente de bord à technicienne en laboratoire
Isabelle Grenon-Ouellet de Saints-Anges est agente de bord depuis une dizaine d'années. (Photo : gracieuseté)

CORONAVIRUS. Le domaine de l’aviation, comme bien d’autres, est touché durement depuis le début de la pandémie; les pertes d’emploi se comptant par milliers au sein des compagnies aériennes qui espèrent toujours un soutien des gouvernements.

Les employés qui ont perdu leur emploi au printemps 2020 souhaitent, tout comme leurs employeurs respectifs, un retour à la normale le plus rapidement possible.

Originaire de Lac-Etchemin et résidente de Saints-Anges, Isabelle Grenon-Ouellet vit dans l’attente d’une reprise des activités dans le domaine de l’aviation, elle qui est agente de bord chez Air Canada depuis une dizaine d’années. Cette dernière, comme des milliers d’agents de bord au cours de la dernière année, a perdu son emploi en avril 2020, en raison de la pandémie.

« J’ai utilisé deux semaines de congés de maladie à la fin mars. Comme bien d’autres, j’ai bénéficié de la subvention salariale pendant deux mois et en juin, je suis tombée sur la PCU. C’est alors que je me suis trouvé un emploi à temps partiel comme technicienne en laboratoire à la pharmacie Jean Coutu de Sainte-Marie », souligne-t-elle.

« Mon conjoint n’a jamais cessé de travailler et dès que mon fils s’est mis à fréquenter le camp de jour en juillet, j’ai commencé à travailler 40 heures par semaine. Je ne me voyais pas rester à la maison à ne rien faire, il fallait que je m’occupe », poursuit Isabelle, qui ajoute qu’elle entend y demeurer jusqu’à son rappel par Air Canada, sans toutefois savoir quand ce sera le cas.

« Pour le moment, nous devons attendre, on n’a pas le choix. Je demeure positive malgré tout et j’ai bon espoir que tout cela aura une fin. Quand ils me rappelleront, je verrai où j’en serai rendue dans ma vie, mais en attendant, je me tiens occupée. »

L’amour du public

Après avoir œuvré plusieurs années dans le domaine de l’hôtellerie pour les Hôtels Fairmont, Isabelle Grenon-Ouellet est entrée à l’emploi d’Air Canada il y a une dizaine d’années. « Ils cherchaient des agents de bord et comme j’aimais voyager et travailler avec le public, j’ai appliqué et j’ai eu le poste. J’ai vécu trois ans à Toronto avant de m’établir à Saints-Anges. Je voulais être plus près de mon conjoint et avec la naissance de son fils par la suite, c’était mieux ainsi », mentionne-t-elle, qui en temps normal fait la navette Québec-Toronto en avion pour aller travailler, avant de revenir à la maison lors de ses congés.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires