Des pharmaciens formés pour administrer des vaccins

Photo de Frederic Desjardins
Par Frederic Desjardins
Des pharmaciens formés pour administrer des vaccins
Caroline Sylvain a suivi quatre formations avant de pouvoir administrer ses premiers vaccins. (Photo : L’Éclaireur Progrès - Frédéric Desjardins)

Le projet de loi 31, modifiant la Loi sur la pharmacie, permet l’exercice de 14 nouvelles activités professionnelles chez les pharmaciens. Ils peuvent notamment administrer des vaccins, quelle que soit la maladie à prévenir.

À lire aussi : Le gouvernement abolit les frais pour certains services pharmaceutiques

Caroline Sylvain, pharmacienne propriétaire à Saint-Prosper (Proxim) et Notre-Dame-des-Pins (Uniprix), a suivi quatre formations afin d’apprendre toutes les étapes de la vaccination. Elle peut immuniser des gens notamment contre l’hépatite A et B, la rougeole, le virus du papillome humain (VPH), le zona et l’influenza.

« Au-delà de faire la piqûre, on doit connaître l’immunologie et savoir inscrire chaque patient sur le registre provincial des vaccins. J’ai pratiqué mes premiers vaccins sur moi-même, ainsi que mes parents et ma sœur », explique-t-elle.

Avec l’aide de collègues pharmaciens et infirmières, elle a pris part à deux journées de vaccination contre l’influenza l’automne dernier. « J’ai injecté 230 doses. À Saint-Prosper, on a emprunté le centre récréatif afin de respecter la distanciation sociale. Quelques clients ont aussi reçu le vaccin en pharmacie », indique Mme Sylvain.

Les pharmaciens peuvent prescrire un médicament en vente libre.

Par rapport à la COVID-19, elle mentionne que les pharmaciens seront mis à contribution pour l’immunisation collective de la population.

« Des demandes ont été faites auprès des pharmaciens pour la première vague de vaccins, dans les hôpitaux et CHSLD. Je n’avais pas assez de temps pour m’y consacrer. Quand je pourrai donner le vaccin dans mes pharmacies, c’est certain que je ferai ma part », confirme Caroline Sylvain.

Encore de la place

Certaines activités professionnelles de la loi 31 sont entrées en vigueur le 25 janvier 2021, le reste datant de mars 2020 (voir tableau). Selon Caroline Sylvain, les pharmaciens pourraient accomplir davantage de tâches.

En 2015, la loi 41 avait d’ailleurs ajouté des activités au champ d’exercices des pharmaciens. Par exemple, ces derniers peuvent prolonger l’ordonnance d’un médecin, ainsi que substituer un médicament prescrit par un autre de même sous-classe, en cas de rupture d’approvisionnement.

« La loi 41 a été le premier pas vers plus d’autonomie chez les pharmaciens. Avec notre formation universitaire, nous avons déjà les compétences pour donner certains soins. L’évolution technologique nous amènera plus de responsabilités », dit Mme Sylvain.

Elle rappelle ainsi que la profession de pharmacien va bien au-delà de préparer et donner des pilules. « Nous offrons aussi des consultations. Dorénavant, les gens n’ont plus à payer de frais (voir autre texte). Nous sommes une solution pour désengorger le système de santé et éviter les attentes inutiles », conclut-elle.

Caroline Sylvain, pharmacienne propriétaire à Saint-Prosper (Proxim) et Notre-Dame-des-Pins (Uniprix),

Pour connaître tous les rôles exercés par le pharmacien, visitez le site web de l’Ordre des pharmaciens du Québec.

Nouvelles activités professionnelles permises par la loi 31

  • Évaluer la condition physique et mentale d’une personne, dans le but d’assurer l’usage approprié de médicaments
  • Effectuer un prélèvement en introduisant un instrument dans le pharynx
  • Prescrire un médicament en vente libre, lorsque justifié
  • Administrer un médicament aux fins de la vaccination
  • Administrer un médicament lors d’une situation d’urgence
  • Prescrire un médicament lors de la vaccination
  • Prescrire tous tests ou analyses de laboratoire pour assurer l’usage approprié de la thérapie médicamenteuse
  • Prescrire une thérapie médicamenteuse pour traiter le zona (excluant le zona se manifestant au niveau de la tête) et l’influenza, chez un patient symptomatique et à risque de développer des complications
  • Prescrire pour des conditions mineures : ajout de certaines conditions et nombre d’années éligibles augmenté entre la prescription du médecin et celle du pharmacien
  • Substituer un médicament : ajout de situations pour lesquelles un médicament peut faire l’objet d’une substitution

Cette liste n’est pas exhaustive.

* Source : Ordre des pharmaciens du Québec

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires