Josée Lachance souhaite devenir Miss Bikini Universe

Photo de Hubert Lapointe
Par Hubert Lapointe
Josée Lachance souhaite devenir Miss Bikini Universe
Josée Lachance de Sainte-Marie a obtenu son statut Bikini Pro le 8 novembre dernier. (Photo : Nicolas Bourque)

SAINTE-MARIE. Conceptrice à l’ingénierie chez Prevost à Sainte-Claire de jour, Josée Lachance, 43 ans de Sainte-Marie, est aussi une championne de fitness. Elle a représenté le pays les 20 et 21 novembre derniers à Las Vegas (Nevada), à l’occasion du Fitness America Weekend.

Dans sa catégorie (Bikini), le défi était divisé en deux: une sortie en maillot et une autre costumée. « Dans cette catégorie, le physique est important, mais la présence sur scène également. C’est un spectacle. On est à Las Vegas! », a-t-elle affirmé.

Si Josée Lachance a pu prendre part à l’événement, c’est grâce à son statut Bikini Pro dans la fédération de Musclemania, obtenue le 8 novembre dernier. « C’est rapide, mais mon physique est prêt, le “momentum” est bon et je suis très fière de représenter le Canada », a-t-elle lancé.

Avant l’événement, la sportive a mentionné qu’elle visait ainsi le titre de Miss Bikini Universe, mais puisqu’il s’agira de sa toute première expérience à l’international, elle souhaite surtout apprendre à se familiariser avec ce nouveau contexte.

« Je crois que j’aurai un bel avenir avec cette fédération », était-elle confiante avant son départ pour Las Vegas. Il est à noter qu’au moment de mettre sous presse, on ne connaissait pas encore les résultats de la compétition.

Josée Lachance. (Photo Nicolas Bourque)

Tout un parcours

Josée Lachance fait de la compétition de fitness depuis 3 ans maintenant, mais elle s’entraîne sans relâche depuis l’âge de 11 ans. « J’ai toujours pratiqué beaucoup de sports: de la natation au vélo, en passant par le ski et la course à raquettes. Je ne pourrais pas vivre sans ça! »

Il faut mentionner que la Mariveraine a remporté une première position dès sa première compétition, à savoir la Coupe Prestige à Beauceville en 2018. La même année, elle a mis la main sur la première place à la compétition Physique Canada à Gatineau, dans la catégorie Athlétique. « C’était assez inattendu, puisque j’en étais seulement à ma première année en compétition », était-elle surprise.

En 2019, elle a terminé deuxième à Fitness Canada à Montréal, et première au rendez-vous de l’IDFA (International Drug Free Athletics) également à Montréal. « Je fais des compétitions naturelles, ce qui peut être bien différent des compétitions où les athlètes consomment des substances venant jouer sur les performances », a-t-elle précisé.

Effort et constance

Pour exceller dans sa discipline, Josée Lachance informe que l’entraînement doit devenir une priorité et tout le reste doit être établi en fonction de ses entraînements. « Je dois me coucher tôt et parfois renoncer à certaines activités qui viendraient à l’encontre de mon objectif. Il faut être prêt à y mettre des efforts, car sans efforts et sans sacrifices, il n’y a pas de progression. Il faut aussi être déterminé et avoir un but. Le but est ce qui fait en sorte qu’on ne peut pas abandonner », a-t-elle commenté, en attribuant aussi beaucoup de sa réussite à son entraîneur Hugues Lacroix.

Selon ce dernier, Josée Lachance est une athlète exemplaire, avec une détermination et un professionnalisme hors du commun. « Avec sa progression constante depuis qu’elle est dans le circuit des compétitions, je ne peux qu’être en admiration devant ses résultats et être fier de faire partie de son succès! D’autant plus que Josée est un cœur sur deux pattes et demeure très terre-à-terre malgré son succès. J’ai très hâte de voir la suite des choses! », est-il enthousiaste.

De plus, Mme Lachance est allumée par le dépassement de soi, le fait de voir sa condition physique s’améliorer année après année, ainsi que le plaisir toujours renouvelé de rencontrer des gens extraordinaires qui partagent la même passion qu’elle.

Enfin, elle se considère chanceuse de recevoir beaucoup d’encouragements de la part de son entourage, tandis que ses enfants sont très compréhensifs lorsque la diète est sévère à la maison avant une compétition. « On se promet toujours quelques gâteries une fois la saison terminée et où je retourne en phase de construction, parce que bien évidemment, on ne garde pas la diète restrictive à l’année et le physique de compétition non plus! »

Josée Lachance. (Photo Nicolas Bourque)
Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires