Maxime Bernier se présentera en Beauce à la prochaine élection

Photo de Frederic Desjardins
Par Frederic Desjardins
Maxime Bernier se présentera en Beauce à la prochaine élection
Maxime Bernier travaille à temps plein pour sa formation politique. (Photo : Gracieuseté – Parti populaire du Canada)

Le Parti populaire du Canada (PPC), fondé par Maxime Bernier, a célébré son deuxième anniversaire d’existence le 14 septembre.

Député du comté de Beauce entre 2006 et 2019, Maxime Bernier a perdu son siège le 21 octobre 2019, au profit du conservateur Richard Lehoux. Habitué à de confortables majorités lors des élections précédentes, Maxime Bernier avait obtenu 28,8 % des voix, contre 38,6 % pour Richard Lehoux.

« Cette fois, je ferai campagne uniquement dans le comté. Après la défaite, il y a eu une réorganisation au sein du parti. Il y a un électorat pour les politiques du PPC en Beauce et dans le reste du Canada », précise celui-ci.

Au 31 décembre 2019, le PPC était l’un des rares partis ayant terminé son année financière avec des surplus (500 000 $). « Je me verse un salaire (106 000 $) pour continuer à rencontrer nos militants partout au pays », dit Maxime Bernier.

Ce dernier est surtout connu pour ses positions économiques, comme la baisse du seuil d’immigration des réfugiés et la hausse des immigrants dits économiques. Il soutient aussi la construction du pipeline Énergie Est, la refonte du système de péréquation et le retour rapide à l’équilibre budgétaire.

Maxime Bernier ne croit pas à un scrutin fédéral cet automne. « Le NPD est en faillite et ne peut pas renverser les libéraux. Je crois plutôt à une élection au printemps, après le dépôt du budget. Nous aurons des candidats dans les 338 circonscriptions », indique-t-il.

COVID-19

La Beauce a été inondée de pancartes comme celle-ci, à l’automne 2019.

En pleine pandémie de la COVID-19, Maxime Bernier a affirmé que les confinements ont été une erreur gigantesque et coûteuse, ici comme ailleurs dans le monde.

« Des politiciens et bureaucrates de la santé publique, assoiffés de pouvoir, menacent toujours de l’imposer, même si presque plus personne ne meurt de la COVID-19 », a-t-il écrit le 10 septembre, sur sa page Facebook.

Opposé au prolongement de la Prestation canadienne d’urgence (PCU), Maxime Bernier a pris part à une manifestation contre le port du masque obligatoire dans les espaces publics intérieurs, le 29 août à Ottawa.

« Le gouvernement Trudeau a fermé notre frontière trop tard. Certains dirigeants sont illogiques sur l’obligation du port du masque. Nos gouvernements incompétents auraient dû protéger les aînés vulnérables dans les CHSLD, au lieu de tuer notre économie », dit Maxime Bernier.

Erin O’Toole

Jugeant le Parti conservateur comme corrompu, Maxime Bernier pense qu’aucun changement ne surviendra avec l’arrivée d’Erin O’Toole comme nouveau chef.

« Erin O’Toole est un Red Tory typique de l’establishment, centriste et mondialiste. Il a mis un masque afin de passer pour un vrai bleu, uniquement pour des raisons stratégiques. Le masque va tomber maintenant qu’il est le chef », croit celui-ci.

Maxime Bernier estime que le Wexit Canada n’aura pas non plus un impact sur de futurs votes au PPC. «Ils ont repris certaines de nos politiques. La grosse différence, c’est que ce parti veut sortir l’Alberta du pays. Les électeurs de cette province ont un fort sentiment d’appartenance au Canada », conclut M. Bernier.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires