La danse country, version pandémie

Photo de Eric Gourde
Par Eric Gourde
La danse country, version pandémie
Les gens peuvent danser comme prévu, en suivant les directives de l'animateur Charles-Oliver Théroux. (Photo : IciMédias - Éric Gourde)

SAINTE-MARIE. Alors que plusieurs activités de groupe sont au ralenti en raison de la pandémie entourant la Covid-19, les gens de Sainte-Marie et de la région ont tout de même accès à des leçons de danse country les mercredis soirs.

L’activité n’est pas nouvelle en soi, étant proposée pour une 4e année, sauf qu’en raison de la Covid-19, l’organisation des loisirs a dû revoir ses plans. «Nous avons transféré l’activité au Centre Caztel, plutôt qu’à Place du Château, ce qui nous donne davantage d’espace et il est plus simple de gérer la distanciation exigée», explique Josée Rivest, directrice des loisirs à la Ville de Sainte-Marie.

Aucun problème pour la distanciation sociale de cette façon

Sept soirées de danse de ligne sont à l’agenda pour l’été 2020 et les quatre premières activités ont pu être présentées à l’extérieur puisque le beau temps était de la partie chaque fois. La première a eu lieu le 1er juillet dernier et un maximum de 50 personnes par activité avait été ciblé pour répondre aux exigences.

«On a dû se limiter en raison de la pandémie parce qu’il fallait contrôler la distanciation sociale. Puisqu’on a accès à plusieurs paliers du stationnement, nous ne nous sommes pas contraints à se limiter nécessairement», explique Mme Rivest.

En cas de pluie, les activités de danse se dérouleraient à l’intérieur du Centre Caztel. Là, les mesures seraient un peu plus prononcées. «Les participants sont prévenus. Les gens devraient porter le masque pour entrer à l’intérieur du centre et se déplacer. La danse se déroulerait sur la dalle de béton de l’amphithéâtre, qui sert de patinoire en hiver. Comme l’espace est assez vaste, les gens pourraient retirer leur masque une fois rendu à cet endroit.»

Mme Rivest avoue que l’organisation des loisirs a dû se creuser les méninges pour offrir une certaine programmation, tout en respectant les règles de la Santé publique. «Nous avions déjà produit notre programmation d’été 2020 et nous avons tout mettre sur la glace en mars. Comme nous ne savions pas ce qui allait arriver, nous avons continué à travailler en prévision de. Nous avions déjà préparé certaines choses, de manière à être prêts pour chacune des activités si nous avions un feu vert.»

Un protocole a toutefois dû être préparé et soumis pour approbation avant toute chose. «Nous avons présenté chacune des activités que l’on proposait et comment on fonctionnait avant, pendant et après. On a proposé des mesures pour chacune des activités et soumis le tout à la direction régionale et à la Sûreté du Québec. Tout s’est bien déroulé et leur réponse a été positive.»

L’activité est gratuite pour les gens de Sainte-Marie, détenteur du passeport-loisirs (PPL), mais est aussi accessible aux gens des localités environnantes moyennent un coût minime.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des