Richard Lehoux réclame davantage d’aide pour le secteur agricole

Photo de Sébastien Roy
Par Sébastien Roy
Richard Lehoux réclame davantage d’aide pour le secteur agricole
Richard Lehoux, député de Beauce. (Photo : Beauce Média – Archives)

Le député fédéral de Beauce, Richard Lehoux, demande au gouvernement libéral d’offrir davantage d’aide aux agriculteurs, aux entreprises agroalimentaires et à la chaîne d’approvisionnement alimentaire.

Dans une lettre adressée à la ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Marie-Claude Bibeau, M. Lehoux et le ministre du Cabinet fantôme conservateur responsable de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, John Barlow, reprochent que certains programmes annoncés ne correspondent pas à leurs besoins.

«Nous espérons qu’il est maintenant clair qu’il faut en faire plus, immédiatement», écrivent-ils, rappelant que le premier ministre, Justin Trudeau, avait affirmé le 5 mai que l’aide annoncée à ce moment était un investissement initial et que si c’était nécessaire, l’aide serait bonifiée.

Les députés conservateurs soutiennent que la ministre Bibeau a fait allusion au fait que les agriculteurs devaient épuiser leurs comptes Agri-investissement avant qu’un soutien accru pour les producteurs ne soit envisagé.

«Aucun autre groupe de personnes ou de secteur de l’économie canadienne n’a été obligé de se donner autant de mal durant cette pandémie avant de recevoir une aide adéquate», dénoncent MM. Lehoux et Barlow.

Citant le président des Producteurs de grains du Canada, Jeff Nielson, ils estiment que cette situation revient à demander à plus de 73 000 agriculteurs d’utiliser de l’argent qu’ils n’ont pas. «Nous vous implorons de ne pas fonder la poursuite de votre soutien au secteur agricole sur des soldes arbitraires de comptes Agri-investissement», ajoutent-ils.

De plus, les députés déplorent que de nombreux agriculteurs sont incapables d’accéder au Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC) puisqu’ils utilisent des comptes personnels dans leurs exploitations agricoles familiales. L’absence de dépenses admissibles dans le cadre du programme est aussi un facteur.

«Les récentes modifications apportées au CUEC sont encourageantes, mais nous demandons que d’autres améliorations soient apportées aux critères d’admissibilité», indiquent-ils.

Pour terminer, ils demandent à la ministre Bibeau de continuer à travailler avec les transformateurs agroalimentaires pour que la chaîne d’approvisionnement alimentaire ne soit pas interrompue.

MM. Lehoux et Barlow soutiennent que les transformateurs comptaient sur le Fonds d’urgence pour la transformation afin de les aider à traverser la crise de la COVID-19. Cependant, ils n’ont toujours pas accès à cet argent alors qu’ils doivent faire face à plusieurs défis, dont la hausse des coûts et l’accès à la main-d’œuvre.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des