Secteur agricole: une infrastructure essentielle selon Richard Lehoux

Secteur agricole: une infrastructure essentielle selon Richard Lehoux
Richard Lehoux, député de Beauce. (Photo : Beauce Média – Archives)

POLITIQUE. Le député de Beauce et ministre associé du Cabinet fantôme conservateur responsable de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Richard Lehoux, presse le gouvernement libéral de déclarer que le secteur agricole est une infrastructure essentielle afin d’assurer que les chaînes d’approvisionnement restent ouvertes.

« Comme nous le voyons depuis quelques semaines, la pandémie de COVID-19 perturbe les chaînes d’approvisionnement et la production de l’économie canadienne. Ça ne doit pas arriver au secteur agricole », a déclaré le député de Beauce.

« Chaque jour, de nombreux propriétaires d’entreprises contactent mon bureau pour faire part de leurs inquiétudes sur l’avenir de leur production. Bien que la ministre libérale de l’Agriculture ait dit que la désignation du secteur agricole comme étant essentiel est une « priorité absolue », elle n’a pas tenu sa promesse », poursuit-il.

À son avis, des décisions clés seront prises au cours des prochains jours et des prochaines semaines, qui auront d’énormes répercussions sur le secteur agricole du Canada. M. Lehoux espère que la ministre arrivera bientôt avec d’autres solutions afin d’aider les agriculteurs, les producteurs et les transformateurs à faire leur travail et mettre à manger sur les tables des Canadiens.

Des mesures pour aider les agriculteurs

Quelques mesures ont déjà été annoncées pour aider les agriculteurs touchés par la COVID-19. Parmi celles-ci, on note 5 G$ supplémentaires à Financement agricole Canada en capacité de prêt aux producteurs, aux entreprises agroalimentaires et aux transformateurs d’aliments, le sursis de paiement de six mois supplémentaires pour les agriculteurs admissibles qui ont des prêts en cours dans le cadre du Programme de paiements anticipés qui étaient dus avant le 30 avril, ou encore des exemptions aux restrictions de voyage aérien s’appliqueront aux travailleurs agricoles saisonniers étrangers qui se sont déjà engagés à travailler.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des